Rudolf Gatenbrink : des plans fiables ?

Rudolf Gatenbrink : des plans fiables ?

Message par Etrange » 09 Octobre 2016, 13:31

Edit : je reformule ce sujet mal posé, pardon pour mon précédant post trop rapide, car il a à mes yeux une importance fondamentale pour l'étude géométrique la grande pyramide.

Quel crédit peut-on accorder aux plans de Gatenbrink , qu'on trouve ici :

http://www.cheops.org/startpage/cyberdr ... shafts.dwf
http://www.cheops.org/startpage/cyberdr ... ends3d.dwf
http://www.cheops.org/startpage/cyberdr ... niches.dwf
http://www.cheops.org/startpage/cyberdr ... tunnel.dwf

Ces plans peuvent-ils être considérés comme fiables ?

Ces plans sont présentés comme le résultat des recherches menées lors du "projet Upuaut1 », un projet d'exploration, proposé au début des années 1990, des conduits dits d'« aération » de la pyramide de Khéops, mené par l'ingénieur munichois Rudolf Gantenbrink et une équipe d'archéologues, architectes et ingénieurs du Deutsches Archäologisches Institut, sous la direction de l'égyptologue Rainer Stadelmann. (source wikipédia)

Toujours selon cette source, Rainer Stadelmann est un égyptologue allemand, né le 24 octobre 1933 à Oettingen in Bayern1. Il étudie l'égyptologie, l'orientalisme et l'archéologie à l'université de Munich. Il participe, en 1955 et 1956, aux fouilles du temple solaire égyptien d'Ouserkaf à Abousir. Il poursuit ses études à l'université de Heidelberg où, en 1960, il soutient sa thèse de doctorat sur les divinités syro-palestiniennes en Égypte.
Il est assistant technique à Heidelberg jusqu'en 1967, puis devient directeur scientifique à l'Institut archéologique allemand du Caire, dont il est directeur de 1989 à 1998. Il est, depuis 1975, professeur honoraire à l'université de Heidelberg. Il a participé à de très nombreuses fouilles à l'île Éléphantine, Thèbes et Dahchour. Il est membre correspondant de l'Académie des inscriptions et belles-lettres.

C'est donc du sérieux. Toutefois concernant cette direction, Rudolf Gatenbrink écrit sur son site : (traduction google) :
"Jusqu'à la fin de 1998, le Prof. Stadelmann a été directeur général du GAI au Caire. Il était la coopération de la GAI , qui a permis à notre enquête sur la pyramide de Kheops , en premier lieu, en tant que fonctionnaires égyptiens délivrent les licences et permis nécessaires à tous les efforts archéologiques seulement aux institutions scientifiques. Bien que des divergences d'opinion ont surgi entre le professeur Stadelmann et moi - même à la suite de la campagne de 1993, je ne l' ai pas oublié son ouverture aux nouvelles approches, qui constituent la base de nos efforts de coopération. Et je me souviens avec émotion de nos nombreuses discussions fascinantes, qui m'a toujours convaincu de son expertise et une grande expérience. Malheureusement, en raison de ses nombreuses responsabilités, il a été incapable de prendre part personnellement dans nos campagnes. "


Le terme "sous la direction du professeur Stadelmann" utilisé par wikipédia doit donc être relativisé.

Gatenbrink se décrit d'ailleurs lui-même comme le principal responsable de ces recherches, financeur et responsable de l'évalutation des données recueillies :
En 1992 et 1993 , je servais en tant que chef de projet responsable des trois campagnes Upuaut. Tous les projets ont été entièrement financés par moi - même ou par des sponsors que j'avais garantis. Mes tâches spécifiques inclus la préparation du projet et la mise en œuvre, la conception et la construction de l'équipement technique et des véhicules, ainsi que l' évaluation des données recueillies.


Mais Gantenbrink s'était entouré d'une équipe. Pour la partie scientifique il indique son ami ULRICH KAPP :
Comme photogrammeter officiel de l'Institut archéologique allemand (GAI) au Caire, Ulrich était non seulement mon compagnon le plus important sur les trois campagnes, il est également devenu un véritable ami. Que ce soit à avaler des nuages de poussière dans le tunnel "Mankiller", ou participer à des escapades ébouriffantes sur les flancs de la pyramide, Ulrich était toujours l' avant-centre, même pendant les travaux les plus désagréables. Sans Ulrich, qui ne se laissait devenir découragé par les échecs continuels, nos investigations auraient jamais connu un tel succès. Malheureusement, en raison de GAI dispositions internes, Ulrich était pas présent le jour de notre plus grand succès - un fait que nous avons tous deux regrettons profondément.


Un officiel de l'institut archéologique allemande, ça paraît donc là aussi sérieux.

Il s'était aussi entouré d'une équipe professionnelle de tournage pour faire le film relatant ses recherches , dont il est probable qu'il a aussi écrit sinon participé au scénario et au montage. C'est une façon de payer ses recherches, et en soi ce n'est pas critiquable. Il donne par ailleurs gratuitement sur son site plein de détails très intéressants notamment sur la construction des couloirs "d'aération" et démontre qu'ils n'avait dès l'origine aucune fonction d'aération. http://translate.googleusercontent.com/translate_c?depth=1&hl=fr&rurl=translate.google.com&sl=auto&tl=fr&u=http://www.cheops.org/startpage/thefindings/thefindings.htm&usg=ALkJrhhlUZ5kSLlCLJV-xBAlPoH6rAa1Kw

Ses travaux ont eu pour résultat d'invalider partiellement d'autres travaux, ceux de Vito Maragioglio et Celeste Rinaldi, architectes et égyptologues italiens dont "les compte-rendus sont encore aujourd'hui les références absolues en matière d'architecture des pyramides." selon wikipédia.
Gatenbrink relève ainsi :
À l'exception de celui - ci *, toutes les valeurs déclarées par Maragiolio et Rinaldi sont incorrects. (Voir Maragiolio et Rinaldi, "L'Architettura delle Pyramidi Menfite, Parte IV.)


Des chercheurs se corrigent entre eux, tout cela est bon pour la science.

Mais ce qui est plus génant, c'est qu'il semble que Gatenbrink ait d'abord interprété les mesures qu'il a relevées, et les a corrigées pour les inclure dans ses plans.

Gatenbrink en effet s'est posé la même question que nous : comment ils ont construit la grande pyramide ? Pour y répondre il a posé des postulats. Dans quelle mesure corrompent-ils ses plans, c'est là tout la question.

Voici comment il explique sa démarche : http://translate.googleusercontent.com/ ... _7rCYaOntw

J' avais remarqué que plusieurs mesures pour lesquelles je voulais produire un modèle numérique d'ordinateur étaient incomplètes ou erronées, et un re-enquête a donc été nécessaire.


Gantebrink voulait donc faire coller les résultats déjà collectés avec sa conception architecturale moderne qui est, à ce que je comprends, de commencer par tracer l'extérieur avant de placer l'intérieur.

The architect has worked not with inches but with meters and has conceived it from the outside inwards. No precisely defined spatial requirement or, possibly, the given length of a piece of furniture predominates, but the layout of the house itself. It therefore forms the architect's first design step.


En français (mais corrigez si je me trompe), ça donne : " L'architecte a travaillé non pas avec des pouces mais avec des mètres (!) et a conçu cela de l'extérieur vers l' intérieur. Aucune exigence spatiale définie avec précision ou, éventuellement, la longueur donnée d'une pièce de mobilier, ne prédomine, mais prédomine la disposition de la maison elle-même. "

Vous reconnaîtrez que c'est assez dingue comme postulat, de départ, non ? Ce gars ne semble pas avoir voulu comprendre pourquoi ils ont fait la grande pyramide comme ça.

Il poursuit :
The points relevant to the structure lie at the four corners of the building. The dimensions of the internal space, on the other hand, are obtained only through structural components, namely the requisite wall thickness. The internal space is consequently a secondary design product which is already subject to structural constraints.


Traduction : "Les points pertinents pour la structure se situent au niveau des quatre coins du bâtiment. Les dimensions de l'espace interne, d'autre part, ne sont obtenues que par le biais des composants structuraux, à savoir l'épaisseur de paroi requise. L'espace intérieur est par conséquent un produit de conception secondaire qui est déjà soumis à des contraintes structurelles."

Voilà donc qui est clair : le postulat de Gatenbrink est de mettre la charrue avant les boeufs. Il n'est pas étonnant que son modèle informatique se rebiffait avec ses données initiales.

Mais il dit encore : "Ces facteurs nécessitent une certaine tolérance dans le calcul, ce qui correspond à la performance structurelle générale de la culture concernée."

C'est une sage réflexion.

Toutefois tous ses présupposés seront utilisés pour démontrer sa thèse énoncées à la fin de son article, la GP est bien une oeuvre de primitifs comme postulé au départ :

I believe that the finger print of the architect of the Cheops Pyramid now becomes clearly visible. Already at this stage, he allows us to draw conclusions with far-reaching consequences. The master builder of the Cheops Pyramid was familiar neither with Pythagoras' theorem nor that of Tange, or they would otherwise have made use of this knowledge instead of messing about with primitive mathematical systems.

En clair : "je crois (sic) que l'empreinte digitale (re-sic) de l'architecte de la pyramide de Khéops devient clairement visible. Déjà à ce stade, il nous permet de tirer des conclusions avec des conséquences considérables. Le maître constructeur de la pyramide de Khéops n'était familier ni avec le théorème de Pythagore , ni celui de Tange, ou ils auraient autrement fait usage de ces connaissances au lieu de vous embêter avec les systèmes mathématiques primitifs. "

Gatenbrink a donc rectifié les mesures des réalisations des primitifs pour les faire coller à l'idée préconçues qu'il se faisait d'eux et faire correspondre leur méthode de construction aux normes du système architectural de la société impériale actuelle.

Mais jusqu'à quel point ?

Ce qu'il veut bien nous en dire est :
In the case of the Cheops Pyramid, I allowed a maximum departure from the grid of 5cm. This extremely small value was possible only through the precise execution of the work on this pyramid. In addition, the grid had to be calibrated to the unit of measurement actually applied. This means that the mean of the longest sections to be assumed as whole-number (in the case of the Cheops Pyramid, the pyramid base) is divided by the value that the builder aimed for. Since the master builder of the Cheops Pyramid will hardly have laid out the base as 439 x 439 or 441 x 441 cubits, we must assume that the basic dimension he had in mind was 440 x 440 cubits, which brings us to a unit generally recognised for Cheops of 1 cubit = 0.5236 meters. In the case of the Cheops Pyramid, the process comes up against further limits, imposed by the size of the structure. A grid of 440 x 280 cubits can no longer be precisely set out on paper, even in format A0, since simply the shrinking of the paper through humidity can make a whole cubit´s difference. This task can therefore only be executed on the computer, i.e. by precise mathematical visualisation. I have produced a three-dimensional model for this on the CAD system AUTO-CAD; it contains the measurement results of Petrie, Maragiolio and Rinaldi, the Edgar Brothers and the data I ascertained for myself in 1992 and 1993. This model is therefore the best and most exact basis at present for ascertaining points within the Cheops Pyramid relevant to its design. The illustrations given below are based on this computer model. However, before we can now start with an evaluation, i.e. the search for whole-number values and ratios, we must know which points were of special importance within the structure, namely at which points were heights or distances actually measured during construction?


" Dans le cas de la pyramide de Khéops, j'ai laissé un écart maximal de la grille de 5cm. Cette très faible valeur n'a été possible que grâce à l'exécution précise des travaux sur cette pyramide. En outre, la grille doit être calibrée à l'unité de mesure effectivement appliquée. Cela signifie que la moyenne des sections les plus longues à supposer que l' ensemble du numéro (dans le cas de la pyramide de Khéops, la base de la pyramide) est divisée par la valeur que le constructeur a visée. Étant donné que le maître constructeur de la pyramide de Khéops ne sera guère avoir aménagé la base de 439 x 439 ou 441 x 441 coudées, nous devons supposer que la dimension de base qu'il avait en tête était de 440 x 440 coudées, ce qui nous amène à une unité généralement reconnue pour Cheops de 1 coudée = 0,5236 mètre. Dans le cas de la pyramide de Khéops, le processus se heurte à d' autres limites, imposées par la taille de la structure. Une grille de 440 x 280 coudées ne peut plus être réglée avec précision sur le papier, même au format A0, car tout simplement le rétrécissement du papier à travers l' humidité peut faire un tout cubit's différence. Cette tâche ne peut donc être qu' exécutée sur l'ordinateur, soit par une visualisation mathématique précise. Je l' ai produit un modèle en trois dimensions pour cela sur le système de CAO AUTO-CAD; il contient les résultats de mesure de Petrie, Maragiolio et Rinaldi, les Frères Edgar et les données que je constatais par moi-même en 1992 et 1993. Ce modèle est donc la meilleure et la plus exacte base à l' heure actuelle pour déterminer les points au sein de la pyramide de Khéops pertinents à sa conception . Les exemples donnés ci-dessous sont basés sur ce modèle d'ordinateur. Cependant, avant que nous puissions maintenant commencer par une évaluation, à savoir la recherche de valeurs et les ratios de nombre entier, il faut savoir quels points sont d' une importance particulière dans la structure, à savoir à quels points étaient des hauteurs ou des distances réellement mesurées pendant la construction?"

Bonne question. Mais elle renvoie à la question "quel est le message ?" Le message est vivant, et ce ne sont pas les taxidermistes de la pensée qui pourront le découvrir.

Nous trouverons donc dans ses plans des erreurs d'au moins 5 cm, 1 dixième de coudée, là où Gatenbrink supposait qu'une telle erreur n'était pas importante pour la "structure". Une chance donc que le message n'ait finalement pas été totalement effacé par son modèle numérique.

Et malgré ses présupposés invalides et désolants, beaucoup d'enseignements restent à tirer encore de cette publication et de ses travaux.
Avatar de l’utilisateur
Etrange
 
Message(s) : 191
Inscription : 18 Décembre 2014, 16:57
A remercié: 83 fois
Remercié: 31 fois

Retour vers Géométrie et mathématiques



Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invité(s)

cron