Etude mathématique réalisée par M. Sylvain Garcia

Re: Etude mathématique réalisée par M. Sylvain Garcia

Message par FredericB » 29 Mars 2013, 00:47

Bonjour,

Merci Sylvain Garcia pour cette analyse. Il y a des choses très intéressantes.

J'ai vu une vidéo de Jean-Pierre Dupeyron sur le blog pyramidales, qui explique selon sa théorie que h (le rayon du cercle de même périmètre que la base de
la pyramide, ce qui est montré dans le documentaire LRDP), serait une contrainte de construction.

De plus on voit bien dans ton analyse avec les relations 18 et 19 que pi*sqrt(phi) très proche de 4. Étant donné les contraintes pour h et la formule pi*sqrt(phi)=4, on retrouve les relations équivalentes:

Longueur horizontale/longueur verticale =pi <=> surface visible/surface invisible =phi <=> hauteur/demibase =sqrt(phi)

Par contre ça n'explique pas les autres relations, pour moi moins significatives et moins élégantes, du style hauteur - demi base= 10*pi, qui ne se retrouvent que pour une longueur de base bien déterminée, comme tu l'as montré.

En résumé on pourrait peut-être voir que les relations principales découlent des contraintes de construction ainsi que de la géométrie du bâtiment (tu le fais d'ailleurs remarquer), on retrouve alors phi grâce à la relation tjrs vraie pi*sqrt(phi) environ égale à 4. Tout ceci étant indépendant de la dimension choisie pour la base. Donc il est possible qu'il ne soit pas nécessaire de connaitre pi et phi pour les retrouver dans la pyramide. C'est certes une sacrée coïncidence, ou alors c'est fait de manière inconsciente.

Bon boulot Sylvain.
FredericB
 
Message(s) : 5
Inscription : 28 Mars 2013, 23:51
A remercié: 0 fois
Remercié: 1 fois

Re: Etude mathématique réalisée par M. Sylvain Garcia

Message par FredericB » 29 Mars 2013, 00:53

En plus court, si on utilise pi pour calculer h, on retrouve forcément phi (ainsi que pi évidemment) à cause de la forme pyramidale. La pente de la pyramide de 14/11ème ne serait alors pas un choix, mais une nécessité car fixé par le calcul de h.
FredericB
 
Message(s) : 5
Inscription : 28 Mars 2013, 23:51
A remercié: 0 fois
Remercié: 1 fois

Re: Etude mathématique réalisée par M. Sylvain Garcia

Message par Chris B » 29 Mars 2013, 01:57

FredericB a écrit :... Par contre ça n'explique pas les autres relations, pour moi moins significatives et moins élégantes, du style hauteur - demi base= 10*pi, qui ne se retrouvent que pour une longueur de base bien déterminée, comme tu l'as montré. En résumé on pourrait peut-être voir que les relations principales découlent des contraintes de construction ainsi que de la géométrie du bâtiment (tu le fais d'ailleurs remarquer), on retrouve alors phi grâce à la relation tjrs vraie pi*sqrt(phi) environ égale à 4. Tout ceci étant indépendant de la dimension choisie pour la base. Donc il est possible qu'il ne soit pas nécessaire de connaitre pi et phi pour les retrouver dans la pyramide. C'est certes une sacrée coïncidence, ou alors c'est fait de manière inconsciente.
Bon boulot Sylvain.


Pour déterminer la spécificité d'un objet, il ne suffit pas de s'en tenir à 2 de ses caractéristiques mathématiques (pi et phi).
Ce qui rend cette pyramide remarquable, c'est la somme des faits mathématiques avérés, incluant certes les deux constantes pi et phi mais aussi leurs rapports avec deux unités de mesure différentes : le mètre et la coudée.
Les probabilités ne sont plus alors les mêmes.
Enfin, n'oubliez pas que ceci ne relève que du premier des opus prévus. ;)
"Donne et tu recevras, cherche et tu trouveras !"
Avatar de l’utilisateur
Chris B
 
Message(s) : 1094
Inscription : 04 Mars 2013, 14:11
A remercié: 592 fois
Remercié: 487 fois

Re: Etude mathématique réalisée par M. Sylvain Garcia

Message par FredericB » 29 Mars 2013, 02:10

En prenant un parallélépipède de base carré (de coté c) et de hauteur h calculé tel que 2c/h=pi, on a l'aire d'une base égale c^2, et l'aire d'une face latérale égale h*c=2*c^2/pi

On pourrait alors dire que la plus grande surface visible verticale (= 2*hc) divisée par la plus grande surface visible horizontale (= c^2), est égal à 2*h*c/c^2=(4*c^2/pi)/c^2=4/pi=sqrt(phi)

Tout ça parce que pi*sqrt(phi)=4 (3.9962)

Donc là on a même plus de pente (14/11), ou autre chose, juste la contrainte sur h, et on obtient phi (et évidemment pi) avec une autre géométrie que la pyramide.
FredericB
 
Message(s) : 5
Inscription : 28 Mars 2013, 23:51
A remercié: 0 fois
Remercié: 1 fois

Re: Etude mathématique réalisée par M. Sylvain Garcia

Message par Sylvain_Garcia » 01 Avril 2013, 15:34

Bonjour Mr FredericB, merci pour l'avis que tu donnes à mon analyse,.

En effet h (le rayon du cercle de même périmètre que la base de la pyramide), est bien une contrainte de construction, mais seulement si on veut avoir :

Longueur horizontale/longueur verticale =pi

Je donne le principe dans la partie 5 de mon rapport. Cette contrainte nous améne à dire que l'intention première et de faire apparaitre Pi. Je suis aussi
d'accord que ce principe de construction implique que surface visible/surface invisible =phi car pi*sqrt(phi)=4 (Avec les propriétés de l'ïle de Paques
on a aussi Pi x Phi = 5). Je résume ton analyse en commentaire ici :
https://www.facebook.com/notes/pyramids-pooyard-grimault-revelations/hommage-%C3%A0-top-secret/489665554428432

Il y a 2 solutions.

- Soit c'est involontaire, et Phi découle des paramètres initiales de la construction.
- Soit c'est volontaire, et on a voulu donner cette forme car elle est la seule a convenir pour une tel équivalence.

Je travail sur cette seconde théorie, mais il faut modéliser toutes les formes de pyramides possible, base a 3 4 5 6 ... cotés.
On aurai alors en plus de tout le reste un lien géométrique entre Pi et Phi, sachant qu'on les exprime chacun avec une formule unidimensionnelle pour Pi
et bidimensionnelle pour Phi.

De ce travail découle la propriété suivante : Longueur horizontale/longueur verticale =pi <=> surface visible/surface invisible = C
avec C une constante dépendant de la forme géométrique mais indédendante de sa hauteur (C est la même quelque soit la hauteur du solide
tant que Longueur horizontale/longueur verticale =pi). Par exemple pour un tétraèdre de base équilatérale, C = 2.80.

Pour résumer Longueur horizontale/longueur verticale =pi <=> surface visible/surface invisible = C est valable quelque soit le polyèdre utilisé !

Pour
En prenant un parallélépipède de base carré (de coté c) et de hauteur h calculé tel que 2c/h=pi, on a l'aire d'une base égale c^2, et l'aire d'une face latérale égale h*c=2*c^2/pi
On pourrait alors dire que la plus grande surface visible verticale (= 2*hc) divisée par la plus grande surface visible horizontale (= c^2), est égal à 2*h*c/c^2=(4*c^2/pi)/c^2=4/pi=sqrt(phi)
Tout ça parce que pi*sqrt(phi)=4 (3.9962)
Donc là on a même plus de pente (14/11), ou autre chose, juste la contrainte sur h, et on obtient phi (et évidemment pi) avec une autre géométrie que la pyramide.

ça ne marche pas, car la condition nécessaire est "Surface totale visible", pour une parallélépipède nous avons donc 4*hc + c². Du coup ça peut pas marcher pour cette forme.
Le raisonnement analogue au tétraèdre nous donne C= 3.54. On peut ajouter que la propriété Longueur horizontale/longueur verticale =pi <=> surface visible/surface invisible = C
est aussi respectée pour une forme parallélépipédique.

Avec un approfondissent de cette étude, ils serait donc possible de dire que Longueur horizontale/longueur verticale =pi <=> surface visible/surface invisible = Phi ne marche
que pour une pyramide à base carré UNIQUEMENT

Pour résumer Longueur horizontale/longueur verticale =pi <=> surface visible/surface invisible = C est valable quelque soit le polyèdre utilisé, et on a Phi juste pour cette forme de pyramides !

Ce qui implique que malgré les équivalences des 3 relations, une volonté peut en découler de les faire apparaitre.

Là où je ne suis pas d'accord dans le raisonnement de Mr Grimault, c'est qu'il exprime ces relations comme indépendantes, or ce n'est pas le cas. Ces 3 relations découlent de l'expression d'une seule.
Et il ne souhaite apparement me donner aucun avis ni commentaires sur tout ce travail !!

En ce qui concerne ces dimension, là vu globale est nécessaire comme dit Mr Chris B :

Pour déterminer la spécificité d'un objet, il ne suffit pas de s'en tenir à 2 de ses caractéristiques mathématiques (pi et phi).
Ce qui rend cette pyramide remarquable, c'est la somme des faits mathématiques avérés, incluant certes les deux constantes pi et phi mais aussi leurs rapports avec deux unités de mesure différentes : le mètre et la coudée.
Les probabilités ne sont plus alors les mêmes.


Car leurs intersection permettent d'en donner les dimensions exactes. Je n'ai pas encore de certitudes pour les autres variantes de Pi (10Pi et 100Pi), mais on peut faire une analogie avec notre système décimal.

Par exemple 156 se note : 1x100 + 5x10 + 6x1 ou 1x10^2 + 5x10^1 + 6x10^0. Il en est de même pour les autres système de base 2, 3, ....

Le fait d'introduire Pi.10^0 ; Pi.10^1 ; Pi.10^2 serai peut être un moyen de faire apparaitre un système de numérotation. Mais je suis sûre de rien à ce niveau là.
Sylvain_Garcia
 
Message(s) : 7
Inscription : 19 Mars 2013, 18:09
A remercié: 0 fois
Remercié: 0 fois

Re: Etude mathématique réalisée par M. Sylvain Garcia

Message par chephane » 01 Avril 2013, 22:42

Brève réponse à M. Sylvain Garcia etc., par Jacques Grimault

Dans un post récent, M. Sylvain Garcia écrivait : « Là où je ne suis pas d'accord dans le raisonnement de Mr Grimault, c'est qu'il exprime ces relations comme indépendantes, or ce n'est pas le cas. Ces 3 relations découlent de l'expression d'une seule. Et il ne souhaite apparemment me donner aucun avis ni commentaires sur tout ce travail !! »
C’est aller un peu vite aux conclusions
1/ je n’ai eu connaissance de cet écrit qu’il n’y a quelques secondes, grâce à l’envoi de M. Seb Pouillard, frère du réalisateur du film LRDP
2/ je crains en outre que M. Garcia m’aie mal entendu, et je lui fournis donc immédiatement la réponse attendue, qui met un terme à cette assertion sans soutien : depuis plus de quatorze ans déjà, je me sers de l’image suivante (réalisée par Patrice) pour parler – à l’inverse de ce qui est dit par Sylvain – de la relation extrêmement étroite et inexpliquée par le hasard, de la concaténation de trois référentiels mathématico-métrologiques, couramment utilisée par les bâtisseurs anciens : la coudée, les constantes Pi et Phi (mais il y en a d’autres, que je montrerais dans l’opus suivant et dont ne parle pas M. Garcia), et – problème non résolu – le mètre…
Image

A noter que cette situation est implicite dans les dimensions du pyramidion situé à l’est de la Pyramide rouge de Snéfrou, à Dahchour, ce que les Trolls cherchent d’ailleurs à anéantir, en mentant copieusement au besoin, parce que c’est là un argument aussi démonstratif que factuel…
Pourquoi ? Parce qu’en lui sont concentrés tous les éléments proposés de manière disparate en la grande pyramide de Gizeh…
Ce pyramidion offre en effet, 30 siècles avant JC, les valeurs ci-après :
Hauteur = 100 cm / Périmètre = 628,32 cm / Apothème = 127,20 cm, soit 1 mètre de hauteur / Pi x 2 comme périmètre – exprimé en mètres –, soit encore 12 coudées / racine carrée de Phi pour apothème…

là encore exprimée en mètres. Ce qui propose très clairement Pi, Phi, coudées, et mètres, toutes valeurs métrologiques-étalons en effet concaténées en un volume homothétique à la grande pyramide elle-même, ainsi que d’une pyramide de 2 de base, racine carrée de Phi de haut, et de Phi d’apothème. Tout ceci fut indiqué dans le film LRDP.
Image

J’en profite pour ajouter cela : soit un rectangle de 1 x 2, et donc de √2 de diagonale : le périmètre de chacun des deux triangles rectangles ainsi formés vaut donc 1 + 2 + 2,236… soit 5,236 : il reste donc à diviser par 10 (indice de l’usage du système décimal) et à ajouter mètre comme valeur métrologique-étalon pour obtenir la valeur de la coudée des bâtisseurs qui, multipliée par 5 donnera Phi², et par 6, donnera Pi, ces deux constantes apparaissant alors en mètres... Ce qui est amusant, c’est que c’est là ce que propose la chambre haute, comme montré ci-après :
Image
Image

Périmètre entier = (20 coudées x 2)+(10 coudées x 2) = 60 coudées,
Soit 31,416 mètres, ou Pi exprimé en décamètres…
Périmètre moins petit côté = (20 c x 2)+(10 c) = 50 coudées,
Soit 26,180 mètres, ou Phi² en décamètres…
Mais ce n’est pas tout : regardez et essayez de comprendre…

Image Image


A droite : suite des valeurs de dimensions de la chambre haute en mètres, soit : largeur = 2 x Phi² en mètres, soit 5,236 m ;
diagonale du petit côté = 3 x Phi² en mètres, soit 7,854 m, et (Pi/4)/10 ;
grand côté = 4 x Phi² en mètres, soit 10,472 mètres ;
diagonale transverse = 5 x Phi² en mètres, soit 13,09 mètres…
Et, pour apprécier ce chef-d’œuvre de simplicité transcendante :
Image


Des racines de nombres entiers multipliant des nombres irrationnels, 27 siècles avant notre ère, et dans le plus grand édifice de cette époque… Le Hasard !!!
Il reste à dire que cette chambre haute est en étroit et exact rapport avec la grande pyramide elle-même dans ses dimensions externes, ce qui les valide donc (et vient en réponse à M. Sébastien Lhermite, qui se demande avec raison comment obtenir les valeurs certaines pour les dimensions originelles de l’édifice prodigieux - dimensions faussées par l’érosion, par les déprédations dues aux tremblements de terre, et par celles occasionnées par les hommes) : je vous laisse faire les calculs, extrêmement simples, grâce aux dimensions indiquées plus haut, en rappelant que celles-ci furent vérifiées sur place au laser, et ce en présence d’un huissier, par ailleurs ami du Gollum (précaution utile !)…
Image

Je conclurai en disant que c’est en autre pour ces raisons sûres et solides, en outre aisément accessibles et vérifiables par tous à tous moments, que Patrice et moi n’avons pas crû mentir ou exagérer en quoi que ce soit notre propos en mettant en exergue du film La Révélation des Pyramides des formules-choc, comme nous les reprochent vivement et à tous coups les Trolls et autres pseudo-cartésiens qui sévissent sur nos pages, apportant le témoignage du summum de l’ignorance vaniteuse avec eux, certes, mais parfaitement conformes à l’ébranlement que peut produire une prise de conscience de l’ordre de celle-ci-dessus, qui est loin d’être la seule dans l’ensemble de mes découvertes, et loin s’en faut ! Dois-je leur rappeler que mes livres et ceux de Patrice devaient accompagner la sortie de ce film ? Et que dans ceux-ci, qui existent bien (Trolls imaginatifs et vicieux), tout ce qui est proposé ci-haut, et beaucoup plus, se trouve… C’est pourquoi je n’hésite pas à affirmer de nouveau aux Lecteurs ceci, qui reste parfaitement légitime : LRDP parle bien clairement d’
Image

Ce n’est pas notre faute que les Trolls aient la vue si basse !
Le problème avec les citations sur internet, c'est qu'on peut jamais vraiment savoir si elles sont authentiques
Abraham LINCOLN
Avatar de l’utilisateur
chephane
 
Message(s) : 344
Inscription : 04 Mars 2013, 14:39
A remercié: 51 fois
Remercié: 48 fois

Re: Etude mathématique réalisée par M. Sylvain Garcia

Message par Chris B » 02 Avril 2013, 00:16

Merci , Jacques, (via Chephane) pour ces précisions utiles. ;)
"Donne et tu recevras, cherche et tu trouveras !"
Avatar de l’utilisateur
Chris B
 
Message(s) : 1094
Inscription : 04 Mars 2013, 14:11
A remercié: 592 fois
Remercié: 487 fois

Re: Etude mathématique réalisée par M. Sylvain Garcia

Message par Sylvain_Garcia » 02 Avril 2013, 14:01

Bonjour, ceci est une réponse a Mr Grimault !

Je ne comprends pas pourquoi vous prenez mal mon intention de vouloir approfondir votre
travail !!

En effet, j'ai remarqué dans tout vos travaux que vous partez de la géométrie pour déterminer
des constantes, et moi je vous propose une étude qui part des constantes pour en arriver à
la géométrie. Ce qui implique une preuve certaine de ce que vous avancé sur l'unicité de la
grande pyramides.

Chose que je n'ai vu nul part et dont je vous donne le principe dans mon rapport.
Tout ceci a été effectué sur du temps libre et dans le respect de la compréhension de tous.

Si vous lisez bien les posts précédents vous verrez qu'il est juste question d'expliquer cette
équivalence Longueur horizontale/longueur verticale =pi <=> surface visible/surface invisible = Phi
et non a dénigrer votre théorie, bien au contraire.
Dernière édition par Sylvain_Garcia le 17 Novembre 2013, 12:50, édité 1 fois.
Sylvain_Garcia
 
Message(s) : 7
Inscription : 19 Mars 2013, 18:09
A remercié: 0 fois
Remercié: 0 fois

Re: Etude mathématique réalisée par M. Sylvain Garcia

Message par Mani Topa » 02 Avril 2013, 15:26

Bonjour Sylvain,

Je ne viens pas répondre à la place de Jacques Grimault, mais juste pour préciser que je ne pense vraiment pas qu'il ait mal pris vos contributions, bien au contraire, mais il n'est pas encore sur le forum et c'est bien parce que le message lui a été remonté qu'il a pu réagir sur cette dernière publication.

Quant à la page facebook, elle est devenue tellement illisible et il était si difficile de s'y retrouver, que ce forum a vu le jour :)

Je vous demanderais par contre de ne pas publier de correspondance privée. (Vous pouvez par contre en reproduire l'idée).

Attachons-nous au fond plus qu'à la forme et merci beaucoup pour toutes vos contributions! Nous sommes surement plusieurs comme moi à en apprendre bcp sur le sujet grâce à ce genres de travaux.

:)
Avatar de l’utilisateur
Mani Topa
Administrateur
 
Message(s) : 63
Inscription : 04 Mars 2013, 14:03
A remercié: 29 fois
Remercié: 24 fois

Re: Etude mathématique réalisée par M. Sylvain Garcia

Message par chephane » 02 Avril 2013, 15:31

Je pense que la réponse de Jacques faisait directement référence à ton dernier message (plus haut ici et cité dans l'article) et ne remettait pas le moins du monde en cause tes travaux de vérification, en tout cas, c'est pas la sensation que j'ai eu quand j'ai reçu cette réponse à diffuser.

A mon avis il y a un gros quiproquo qui se dessine....Faites vous un bisou <3

;)

Blague à part Sylvain, à mon avis il n'y à pas d'intention négative dans cette réponse mais éducative...

Jacques est peu disponible ces temps ci et ne peut répondre aux centaines de mails qu'il reçoit malheureusement...Pas d'inquiétude pour tes travaux et leur portée, Patrice ne les utiliserait pas dans ses réponses diverses aux trolls si l'efficacité n'était pas reconnue non?

Bonne journée!!
Le problème avec les citations sur internet, c'est qu'on peut jamais vraiment savoir si elles sont authentiques
Abraham LINCOLN
Avatar de l’utilisateur
chephane
 
Message(s) : 344
Inscription : 04 Mars 2013, 14:39
A remercié: 51 fois
Remercié: 48 fois

PrécédentSuivant

Retour vers Géométrie et mathématiques



Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)

cron