Questionnement sur la philosophie des anciens.

En rapport avec les thèmes abordés sur le savoir des anciens

Re: Questionnement sur la philosophie des anciens.

Message par bramapoutre » 20 Août 2015, 19:50

Posons que le temps mesure la vitesse d'un événement,et que cela traduit sa durée. Il faudra alors comparer cette durée à une autre qui nous sert de référence. Une durée egale à zéro signifie de fait une non durée,cad l'absence de durée,si donc c'est cela qui nous sert de point de comparaison on peut dire qu'on determine une durée en fonction de ce qui n'en a pas et qu'on indique par zéro,mais ne pas avoir de durée peut tout aussi bien signifier l'eternité,et il serait plus logique que la réalité soit ainsi,car encore une fois on ne peut prélever une durée de la non durée,cad de son absence,pas plus qu'on ne peut puiser de l'eau là où y'en a pas.
Zéro est une convention pour masquer l'infini,le fait est qu'en réalité on compare des durées limitées à ceci qui posséde une durée sans début ni fin,autrement dit nous prélévons,du moins la vie préléve,des durées limitées dans une durée illimitée,car dans la non durée qui serait effectivement egale à zéro il n'y a pas de durée,on ne peut donc evidemment pas en prélever,mais on fait comme si,car dans le fond zéro et l'infini sont equivalents,car dés lors que l'être est,le non être ne peut pas être et donc n'est pas,autrement dit l'être n'a pas de contraire,ce qui signifie qu'en vérité zéro est l'infini,car on ne peut prélever ni 1 ni 2 ni 3 à partir de rien,alors que dans l'infini on peut tout prélever.

Ce qui est impossible d'un point de vue logique n'empêche pas que cela soit par decret,ainsi ce qui n'est pas et que la logique interdit peut toutefois être réalisé,car créer consiste justement à produire ce qui n'existe pas et qui même,d'un point de vue logique,ne peut exister,autrement dit impossible n'est pas divin,et Dieu peut à force de volonté et de determination produire ce qui n'est pas et ne peut logiquement être,ainsi le veut parfois son indomptable orgueil,et on ne peut que s'y plier ou être brisé par la contradiction du réel qui de fait nous indique la Puissance et la Suprématie de l'Incréé Créateur.
bramapoutre
 
Message(s) : 1205
Inscription : 05 Juin 2013, 01:05
A remercié: 356 fois
Remercié: 293 fois

Re: Questionnement sur la philosophie des anciens.

Message par bramapoutre » 20 Août 2015, 20:16

Le temps est une limite conçue par l'Eternel et subordonnée au mouvement,ce qui fait qu'il varie en proportion de celui-ci lui même subordonné à l'energie dont la source est information: "Au commencement etait la Parole,et la Parole etait avec Dieu,et rien de ce qui s'est fait ne s'est fait sans elle..."
bramapoutre
 
Message(s) : 1205
Inscription : 05 Juin 2013, 01:05
A remercié: 356 fois
Remercié: 293 fois

Re: Questionnement sur la philosophie des anciens.

Message par Akottoka » 20 Août 2015, 20:31

je me dis pour ma part que le temps n'existe pas, c'est une notion relative, l'expression du déplacement d'une masse dans le tissus de l'espace, comme on exprime une vitesse en kilomètre/heure (notre base étant le temps connu). Mais on ne peut pas approcher le temps zéro car comme vous l'évoquez il s'annulerait, et comme tous déplacement engendre son temps et que tout se déplace, il n'existe pas non-plus de repère fixe pour mesurer le temps immobile.... même moi j'ai du mal à me suivre... :roll:
On leur donnera à tous un morceau de vérité, il ne tient qu'à eux d'apprendre les uns des autres...
Akottoka
 
Message(s) : 611
Inscription : 24 Mars 2013, 02:55
A remercié: 262 fois
Remercié: 182 fois

Re: Questionnement sur la philosophie des anciens.

Message par bramapoutre » 20 Août 2015, 22:32

On ne peut logiquement rien créé à partir de rien,or au commencement il n'y avait rien sauf Dieu,c'est donc à partir de Lui seul qu'il a créé,or que posséde-t-il avant toute création de sa part? LA CONSCIENCE. Et qu'est-elle? Elle est espace infini,donc l'espace infini est premier,mais on pourrait aussi dire qu'elle est pure energie infinie,donc l'energie est première,mais cela equivaut à une et une seule information,donc cette information est premiére,et elle correspond à un espace sans limite qui est energie infinie qui est conscience.Mais comment cette Conscience,cet Espace,cette Energie,a fabriqué l'Esprit qui a fabriqué l'Univers et sa Memoire? Par quoi commence la Parole? Quelle est la toute premiére variation puis les suivantes? Comment être entier si on ne vibre pas correctement? Et comment vibrer ainsi tant qu'on vibre autrement? Que se passe-t-il donc sur la Terre pour que le Ciel s'en ecarte? Pourquoi la mémoire profonde a répudié nos lèvres? Comment la Conscience immense nous echappe-t-elle? Pourquoi le sang circule péniblement? Pourquoi les eaux semblent dormir? Où est le feu de nos aïeux? Où sont les âmes de nos enfants? Que reste-t-il de nos coeurs? Pourquoi le tragique serait necessaire? Dieu peut tout dans un élan de Gloire,rien ne l'y oblige c'est vrai,mais pas plus ne l'empêche.

L'être etant le non être n'est pas et ne peut être,mais l'être veut qu'il soit donc il est bien qu'en toute logique 'il ne devrait pas être,mais l'être à la fois use de logique et la transcende,c'est un Créateur en plus d'être incréé,et lui-même se distingue de ses oeuvres comme pour nous interpeller sur ce qu'il est malgré lui et sur ce qu'il fait en toute conscience,bien qu'on est grande peine à discerner tout ceci,sauf à bien distinguer ce qui est créé de ce qui ne l'est pas,car seul ce qui ne l'est pas est réellement naturel et donc rigoureusement vrai,ce qui exclu la Nature elle même autant que le Cosmos puisque cela est créé,et donc artificiel comme nous qui en faisons partie avec tout le reste De ce point de vue seul Dieu est naturel car lui seul est incréé,mais le fait qu'il en soit ainsi ne l'empêche pas de se revêtir d'artifices,mais surement fait-il la part de ce qui est créé et de ce qui ne l'est pas,ou du moins est-ce sa nature qui en decide ainsi,et sa nature est conscience,donc memoire qui se souvient de tout et ne peut rien oublier indéfiniment,mais si Dieu est en effet prisonnier de lui-même il peut toujour s'en libérer et être ce qu'il veut,et faire ce qui lui plait.
bramapoutre
 
Message(s) : 1205
Inscription : 05 Juin 2013, 01:05
A remercié: 356 fois
Remercié: 293 fois

Re: Questionnement sur la philosophie des anciens.

Message par bramapoutre » 21 Août 2015, 11:40

Le désenchantement du monde est largement responsable de sa resignation vis à vis d'un pouvoir pervertis et corrupteur.Certain pense que ce desenchantement est le revers de la science qui lamine mythes et legendes,mais ça je n'y crois pas,je pense même que la science bien comprise fait partie du merveilleux.J'observe par contre un courant philosophique qui commence avec Hegel,passe par Marx puis Nietzsche puis Leo Strauss.
Dans la philosophie grec la Dialectique indique l'existence et l'interpénétration des contraires qui se faisant se substitue l'un à l'autre,un peu comme la nuit devient le jour et le jour la nuit,ou d'un point de vue plus homérique comme la necessaire corruption du Bien et l'inévitable purification du Mal.Je pense que Hegel pris cette assertion à la lettre pour en faire sa grille de lecture,ce que Marx appela le materialisme historique,et dont les conséquences sont previsibles par qui observe de ce point de vue et en adopte l'esprit,s'en trouvant alors protégé puisqu'avertit et en tirant même du pouvoir,ce que Nietzsche compris comme l'explication chez l'homme de sa legitime volonté de puissance en depit de la morale comme des circonstances,ce qu'on peut entendre comme un relan de machiavelisme dont Leo Strauss sera finalement le héraut.
Cette Dialectique cyclique entre les contraires qu'Hegel pris à la lettre à finalement conduit au Nihilisme,car si l'un devient l'autre qui redevient l'un qui redevient l'autre et ceci sans fin alors il n'y a pas ni issue ni autre sens,le mauvais devient bon et le bon mauvais,le bien se corrompe et le mal se purifie.Ceci n'est pas sans rappeler les philosophies hindous et chinoises,mais quoiqu'il en soit cette vision qui n'est pas denuée de sens posséde à mon sens le défaut de begayer,ce qui aprés correction me permet de la décrire comme un phénoméne originel et général qui obligea le Bien à se corrompre et donc à devoir se purifier.
bramapoutre
 
Message(s) : 1205
Inscription : 05 Juin 2013, 01:05
A remercié: 356 fois
Remercié: 293 fois

Re: Questionnement sur la philosophie des anciens.

Message par bramapoutre » 22 Août 2015, 17:12

On opprime la veuve et l'orphelin,et je suis là à m'émerveiller. On souille l'innocence la plus pure,et je me surprend à Te glorifier. Comment puis-je être autant insouciant dans ce monde tellement grave et sombre? Honte à moi et à tous ceux qui sont heureux,joyeux ou en paix,honte au Ciel et à la Terre,honte à tout ce qui remue,honte à tout ce qui rampe nage marche ou vol,honte à tout ce qui respire et à l'air et à l'eau et au feu,honte à vous les Anciens,honte aux pyramides comme aux montagnes,honte à la pierre comme à la poussiére,honte au Néant lui-même,honte à toi divine et pathétique Conscience,honte à toi Esprit sordide qui charme et envoûte l'ingénu,honte à toi Esprit perfide qui posséde et corrompe l'insensé,honte au Soleil et à toutes les etoiles,honte à l'océan goutte à goutte,honte à moi surtout,mais honte à toi quand même.
Voilà,nous sommes rebelles par principe,mais tout demeure quand même pareil,j'ai beau rire ou pleurer,parler ou me taire,être heureux ou malheureux,amoureux ou haineux,ça ne change rien à rien,pas plus le Printemps n'a de prise,ni l'Hivers,qu'on chante ou qu'on se lamente tout reste pareil,irresolu.
Mais où pourrait-on trouver la sagesse lorsque tout n'est que démence? Dieu est fou je le jure,et nul ne l'ignore c'est sûr,alors pourquoi ce silence parmi les braves? N'est-ce pas desormais à nous de convoquer Dieu? Manque-t-on d'arguments pour poser jugement ferme et saint? Dieu a-t-il instruit en vain? Si non qu'est-ce que la fin de tout cela? Remuer Dieu vous dis-je! Secouez le jour et nuit,passez lui le baume et le parfum,sortez le de sa deprime criminelle,faites des pieds et des mains,car jamais ce fou ne vous a instruit pour autre chose,et croyez bien que de l'Univers tout entier il se fou,ne compte que son projet,entendre des sages qui le reprennent,se donner des medecins qui le soigne,s'offrir des âmes qui le comprennent et possédent le courage et la lumière de le lui rappeler,et à qui on a donné le feu pour qu'elles lui intiment de se redresser,de se purifier et de vivre plus fort que le torrent impétueux,aussi Dieu léve toi et marche ou jamais je ne cesserai de t'accuser divin misérable,fou criminel et complaisant,je maudis ta violence par ta sagesse,et je t'accuse par ton secret jugement,etant moi-même ton intime conviction,ton espoir le plus profond,ton but et ta fin,ta destinée et ta solution,ce qui veut dire ton probléme le plus persistant,renégat tu est tant que s'entendent des gémissements,non!Toi tais-toi et ecoute,car moi je n'entend plus et je parle en sachant ce que je dis,tu m'a créé pour te reprendre comme il convient et où c'est necessaire conformément à ton plan inconscient,tais-toi te dis-je! Ne suis-je pas ton medecin à cause de toi? Alors suis mon reméde et tais toi,car mon reméde est bon et vrai,sinon je planterai mon dard dans ta mémoire pour t'inoculer à jamais cette substance que j'ai tiré de toi selon ta volonté cela va de soi.

Nous expliquons à Dieu la vérité,et nous l'invitons à en tenir compte.Mais celui-ci nous chipote,alors nous luttons,non pas qu'on aime pas être contesté,mais comment voulez-vous ne pas être ce que vous êtes? Donc de même nous sommes,et chacun est ce qu'il est,et Dieu doit être ce qu'il désir ardemment,ce que son mystère lui commande,ce que sa conscience lui ordonne,ce que sa mémoire lui exige,car le scandale est qu'il desobéit avec outrance,et ostensiblement,laissant le monde pantois,et l'humanité tourmentée,la Terre presque detruite et le Ciel enfumé,et moi je m'émerveille des choses merveilleuses ,comme un enfant,mais qu'aurai-je gagné ou changé en hurlant comme une bête? Que peut l'homme en vérité? Il ne fait que réagir à son Créateur,donc Dieu est responsable bien que l'homme le soit aussi,donc nous le sommes tous,or de quoi puis-je vraiment l'être sinon de la prunelle de mes yeux,de mon trésor,de ce dont je ne me sépare jamais et qui me suis partout,et qui est la loi de mon coeur et de mon âme,qui est ma foi,ce en quoi je crois du fait de ce que je sais grâce à ce que j'ai appris,comme vous,comme tous.

Que Dieu se repente de lui-même ne derangerait que le diable qui desire tant qu'il se repenti non pas de lui mais de nous. Un jour tous le monde suivra Dieu et se repentira,et toi que fera-tu petit satan? Ignore-tu que ce que Dieu fait tous le font? Comment donc echappera-tu à ce jour béni? Voudrais-tu maudire que tu ne trouvera plus la moindre malediction,voudrais-tu mentir qu'aucun mensonge ne te viendra,car rien de tout cela dont tu te repais et gave les hommes n'existera plus,et la pénitence t'enfermera pour toujours,tel sera ta récompense,non pas l'enfer dont tu a rêvé,mais seulemement celui que tu mérite.
bramapoutre
 
Message(s) : 1205
Inscription : 05 Juin 2013, 01:05
A remercié: 356 fois
Remercié: 293 fois

Re: Questionnement sur la philosophie des anciens.

Message par bramapoutre » 23 Août 2015, 11:28

Le temps de l'homme lui vient de la Terre,de l'energie qu'elle posséde et reçoit et deploie,des mouvements qu'elle réalise et répéte,et la Terre ce n'est pas seulement la sphère,mais tout ce qu'elle contient,porte et retient.

Au niveau du nucléon n'existe que le proton(et aussi le neutron qui n'est pas necessaire ici de considérer).Il existe en d'innombrable exemplaires tous identiques,comme des clones.Cependant leur repartition est particulière,ils forment différent assemblages appelés noyaux et dont chacun posséde un nombre de protons et une energie spécifique,ce n'est donc pas la nature du nucléon qui differencie l'or du fer,ou le soufre de l'oxygéne,mais simplement son nombre dans le noyau.On peut de ce point de vue estimer qu'il n'existe qu'une seule matière,tantôt inerte et parfois vivante du fait d'une repartition particulière et d'assemblages spécifiques sous les auspices d'une force mystérieuse,car rien n'explique la vie,elle seule peut s'expliquer,elle ne peut pas venir d'ailleurs que d'elle même,si donc elle est elle ne peut être qu'eternelle,donc tout est vie,la vapeur et la poussière comme l'eau et le sucre,le cailloux comme la fleur,l'air autant que le sol,toute la Terre et même le Ciel,car vivre c'est être,peu importe ce qu'on est,ce qui existe est vie,son tout et sa partie,car la vie est partout,toujours ici et maintenant comme ailleurs et tout le temps,dans la matiére autant que dans l'esprit,tout ceci faisant corps.

On peut dire que la vie compte de différentes façons,ce qui produit différents rythmes,différents temps.Surement le temps spirituel enveloppe le temps cosmique et les temps d'innombrables dimensions,surement qu'au temps galactique correspondent des evénements cycliques,mais c'est des temps solaire et lunaire que nos corps sont les plus proches,et chacun se demande combien de lunes il pourra compter,ou combien de printemps il verra,mais le Soleil lui même un jour disparaîtra,et de ses cendres melangées à d'autres naîtra une autre etoile entourée de myriades,et ceci s'achèverait-il que ça recommencera,car dans l'absolu le temps ni ne commence ni ne finit,mais uniquement de façon relative,cad par comparaisons de différentes trajectoires dont l'une sert arbitrairement de référence à toutes les autres,mais que sait-on du temps cosmique?Que sait-on du temps seulement galactique? 220 millions d'années c'est long.

Qu'est-ce que l'homme pour que Dieu s'en souvienne? Et que devient ce souvenir quant la chair retourne à la Terre? Et que sera-t-il quand la Terre ne sera plus? L'homme est une idée dont le souvenir auprés de Toi constitue l'âme et la memoire,car tu est la Vie,le Temps de tous les temps,le Grand Esprit.
bramapoutre
 
Message(s) : 1205
Inscription : 05 Juin 2013, 01:05
A remercié: 356 fois
Remercié: 293 fois

Re: Questionnement sur la philosophie des anciens.

Message par bramapoutre » 23 Août 2015, 23:20

Nous tachons d'être honnêtes,de ne pas nous suffire des facilités imparfaites de notre langage forcément imprécis,ou du moins à la précision relative.
De même qu'il implique un aprés tout commencement suppose un avant,car tout ce qui commence à lieu à un moment et quelque part,autrement dit rien de ce qui vient au monde ne peut y venir par lui même puisqu'avant d'être il n'etait pas,c'est donc autre chose qui le fait venir,qui lui permet de commencer,ainsi donc les conditions d'un commencement le précédent puisque c'est elles qui le rende possible.
De ce qui précede on deduit facilement que tout commence et s'achéve dans l'eternité,car rien ne peut commencer par soi même c'est evident,sinon on ne pourrait pas dire que cette chose commence puisqu'avant d'être elle etait,or un seul est ainsi ,c'est celui qui existe sans avoir été créé,et sans qui rien ne pourrait être,et duquel tout provient,et à quoi tout retourne,et en qui tout s'écoule,forcément,fatalement,inévitablement.
En definitive une chose ne peut commencer qu'en ceci qui n'a pas de commencement,autrement dit on ne peut commencer que par ceci qui n'a pas de commencement,car tout commencement est un effet et donc suppose une cause,le Big Bang lui même est précédé par quoi l'a provoqué,et cette cause est elle même l'effet d'une cause qui la précéde et ainsi de suite jusqu'à la première qui n'est l'effet de rien et de laquelle donc tout découle.

On ne peut concevoir un espace-temps sans infini-eternel,rien ne peut commencer ailleurs où rien ne commence,ni finir ailleurs où rien ne finit,sans quoi rien n'aurait pu ne serait-ce que commencer.

Disons que l'Infini-Eternel est la toile de fond de tous les espace-temps,car aucune etendue ni la moindre durée ne peut surgir de rien,de rien rien ne surgit c'est evident,le néant est néant absolu,seule une volonté a pu créé à partir d'elle même ce qui n'est pas absolument elle tout en l'etant relativement,d'où cette immense confusion depuis la nuit des temps sur qui est qui et quoi fait quoi,à Dieu ne plaise donc de clarifier tout cela et d'en faire profiter sa Création,sans quoi tout n'aura été à mon sens que vanité immense et tristesse sans nom.
bramapoutre
 
Message(s) : 1205
Inscription : 05 Juin 2013, 01:05
A remercié: 356 fois
Remercié: 293 fois

Re: Questionnement sur la philosophie des anciens.

Message par bramapoutre » 24 Août 2015, 22:36

Tu n'est pas Moi par rapport à Moi,car Moi seul je suis Moi,mais tu est Moi par rapport à toi,comme je suis toi par rapport à Moi,c'est pourquoi nous sommes Nous,et que chacun dit je.
Donc je suis Vous et Vous êtes moi,c'est pourquoi nous sommes Lui par rapport à nous,de même qu'il est Nous par rapport à Lui. :arrow:
bramapoutre
 
Message(s) : 1205
Inscription : 05 Juin 2013, 01:05
A remercié: 356 fois
Remercié: 293 fois

Re: Questionnement sur la philosophie des anciens.

Message par bramapoutre » 24 Août 2015, 23:29

Le probléme voyez-vous c'est que tout contenant est aussi un contenu,car un contenant qui ne contient rien ça n'existe pas,car rien c'est rien,et non pas un contenu,sans quoi ça ne serait pas rien.
Posons alors que l'espace-temps est le contenu le l'infini-eternel,et que ce contenant est lui-même le contenu de la Conscience qui elle est le contenu de l'Être,l'Être etant à la fois son contenant et son contenu.
bramapoutre
 
Message(s) : 1205
Inscription : 05 Juin 2013, 01:05
A remercié: 356 fois
Remercié: 293 fois

PrécédentSuivant

Retour vers Questions/réponses diverses



Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invité(s)