Brève genèse de l'Astrologie vraie (J. Grimault)

Brève genèse de l'Astrologie vraie (J. Grimault)

Message par Chris B » 04 Décembre 2014, 14:06

Brève genèse de l’Astrologie vraie
par Jacques Grimault

Un ignorant de première classe essaie de faire accroire à ses lecteurs que les Egyptiens et leur hermétisme seraient de trop en matière de science du ciel, et notamment d’astrologie, laissant la suprématie aux Babyloniens (etc.) et la capacité aux Grecs et aux Latins : j’ai donc d’abord répondu à ces assertions dépourvues de fondement, et je propose à présent de lui faire connaître pourquoi ses allégations sont totalement délirantes…

Voici donc, en guise de distraction instructive pouvant porter à la réflexion, et en manière d'introduction à l'histoire vraie de l'Astrologie, quelques textes d'auteurs de l'Antiquité qui appuieront nos assertions relatives à la prééminence et à l’antériorité du savoir hermétique sur tout autre : Hérodote (484/428 BC), le premier des historiens grecs, affirme, dans ses Histoires (II 2-8) : « C'est à Héliopolis que se trouvent les plus érudits des Égyptiens. Tous s'accordent à dire que grâce à leur étude de l'astronomie, les Égyptiens ont découvert l'année solaire, et qu'ils furent les premiers à la diviser en douze parties, et, dans mon opinion, leur méthode de calcul est meilleure que celle des Grecs. » Clair, net, et définitif ! Il continue : « Les noms de la plupart des dieux de la Grèce nous sont venus d'Égypte ». Emprunt avoué est à moitié pardonné ! Le même Hérodote, appuyant sa pensée, précise (II, 4) : « Quant à ce qui concerne les choses humaines, voici ce que les Égyptiens disent d'un commun accord : suivant eux, ils sont les premiers qui ont trouvé l'année, et divisé en douze parties l'espace de temps et les saisons qu'elle renferme. C'est l'inspection du cours des astres qui leur a fait adopter cette division. Ce sont eux aussi qui sont regardés comme les premiers inventeurs des noms donnés aux douze dieux, et les Grecs les ont empruntés d'eux » : bis repetita : M. Bouriche s’enfonce progressivement dans la boue dont il me recouvrait un peu rapidement. Dans le même esprit, Hérodote poursuit (Histoires. II 82) : « Entre autres choses qu'ont inventées les Égyptiens, ils ont imaginé à quel dieu chaque mois et chaque jour du mois sont consacrés. Ce sont eux qui, en observant le jour de naissance de quelqu'un lui ont prédit le sort qui l'attendait, ce qu'il devenait, et le genre de mort dont il devait mourir » (ce qui sera dénommé ultérieurement par les Grecs, l’astrologie généthliaque : l’astrologie de la naissance… N’est-ce pas là un aveu complet ?). Voyons à présent l’hermétisme − qui est une philosophie…

Strabon (64/25 BC), géographe et historien grec, professe une opinion de même espèce que celle d’Hérodote, mais fait connaître le caractère secret de la discipline astrologique, en disant : « Les prêtres égyptiens sont des maîtres dans la connaissance du ciel. Mystérieux et répugnant à communiquer, ils se laissent éventuellement persuader, après bien des sollicitations, de divulguer certains de leurs préceptes, bien qu'ils en cachent la plus grande partie. Ils ont révélé aux Grecs les secrets de l'année pleine, que ces derniers ignoraient, comme beaucoup de choses ». Il confirme, par ailleurs, la déclaration d’Hérodote qui fait d’Héliopolis − la Cité du Soleil − la ville où l’étude du ciel était la plus prisée : « On assure en effet que cette ville [Héliopolis] avait été choisie comme séjour de prédilection par les anciens prêtres, tous hommes voués à l'étude de la philosophie et à l'observation des astres » (Strabon XVII, 1.29. C.806). C’est d’ailleurs Strabon qui, visitant l'Égypte vers l'année 20-25 avant J.C., signale qu'on lui montra, dans une école d'Héliopolis qui professait le culte monothéiste de Tem-Râ, l'appartement qu'y avait occupé Platon – le Maître incontesté de la philosophie occidentale (du côté babylonien, rien !) pendant son séjour en Égypte, qui dura treize ans. Plus tard, Diodore de Sicile confirmera encore cette prééminence (Bibl. Hist. V, 57 et I, 81) : « Les Égyptiens, profitant des conditions favorables, firent de l'astronomie leur propre science, qu'ils étudièrent les premiers. » Les premiers : n’est-ce pas assez clair ? Il ajoute, au grand dam de M. Bouriche : « Les Chaldéens de Babylone étaient des émigrés égyptiens, qui avaient appris leur science astronomique des Égyptiens. La disposition et le mouvement des astres furent observés avec assiduité par les Égyptiens. Les documents relatifs à chacun des corps célestes sont conservés par eux depuis un nombre d'années incroyable, car ils s'étaient adonnés à cette étude avec zèle depuis très longtemps ». Selon Manéthon le Sebennyte, cette valeur dépassait le simple domaine de l’astronomie et de l’astrologie ; ainsi, dit-il : « Sache que nous serions des savants universels s'il nous était donné d'habiter la terre sacrée d'Égypte ». Il est même évident que les prêtres d’Égypte connaissaient le cycle de précession des équinoxes, donc très longtemps avant Hipparque : à ce sujet, Proclus Diadochus est catégorique : « Que ceux qui, croyant aux observations, font mouvoir les étoiles autour des pôles du zodiaque de un degré en cent ans vers l'Est, comme Ptolémée, et Hipparque avant lui, sachent que les Egyptiens avaient déjà enseigné à Platon le mouvement des fixes. Car ils avaient utilisé des observations antérieures, ce que les Chaldéens avaient déjà fait aussi avec le même résultat, ayant été instruits encore par les dieux antérieurement aux observations. Et ils n'ont pas parlé une seule fois, mais bien des fois de l'avance des fixes » (Commentaire du Timée. IV).

Des légendes à l'histoire
Au chapitre 7, versets 4, 7 et 8, du célèbre texte apocryphe intitulé Le Livre d'Énoch, on apprend que, parmi les anges déchus, « Akibéel enseigna les signes. (...) Tamiel enseigna l'astrologie. Et Asaradel enseigna le mouvement des astres ». On sent une différence notable entre ces deux derniers intitulés, qui pourrait déjà correspondre à la séparation contemporaine entre astrologie et astronomie. Tertullien, dans son De culte feminarum, attribue lui aussi l'origine du savoir astrologique aux anges déchus, qui « dévoilèrent les secrets des métaux [l’alchimie ?], firent connaître les propriétés des plantes, divulguèrent les pouvoirs de l'incantation et décrivirent toute la connaissance, jusqu'à l’interprétation des astres » : on fera bien de noter, dans cette affirmation, la proximité des métaux et des astres, parmi lesquels figurent les planètes, elles dont les noms furent associés aux dieux et aux métaux, préfigurant l’une des plus difficiles énigmes de l’hermétisme. Dans Phèdre, Platon fait dire à Socrate, mais sans proposer de date : « Aux environs de Naucratis, ville d'Egypte, il y avait un ancien dieu, auquel on consacra un oiseau nommé "ibis" [le brillant, en égyptien] ; il s'appelait Thoth. On dit qu'il inventa le premier les nombres et le calcul, la géométrie et l'astronomie [astrologie], ainsi que le jeu d'échecs, le jeu de dés et les lettres ».

Voilà, me semble-t-il, de quoi faire réfléchir mon contradicteur, qui, s’il eut été correct, ne se verrait pas ainsi secoué sur ses bases culturelles douteuses, mais eut été invité à en prendre connaissance de manière courtoise… Diffusion souhaitée et encouragée ! Merci !!!
"Donne et tu recevras, cherche et tu trouveras !"
Avatar de l’utilisateur
Chris B
 
Message(s) : 1094
Inscription : 04 Mars 2013, 14:11
A remercié: 592 fois
Remercié: 487 fois

Re: Brève genèse de l'Astrologie vraie (J. Grimault)

Message par se8 » 02 Décembre 2015, 11:23

Super texte de Jacques Grimault ! Je voulais le remercier pour ces références, et je voulais aussi complémenter son texte avec un petit panorama de ce qu'est le zodiaque pour ceux qui s'y intéressent.

;)

Quand on parle d'astrologie, on pense souvent d'abord aux étoiles, ces petits points brillants dans le ciel nocturne. Pourtant, l'étoile la plus importante, c'est bien notre Soleil. Lorsqu'il est dans le ciel, on ne voit que lui, et aucune autre étoile. Il est symboliquement le roi (et la Lune est sa reine). Notre réalité, notre conscience, la vie, c'est cette lumière du Soleil.

Les 12 signes du zodiaque ne sont rien d'autre que le parcours de notre étoile - le Soleil.


BALANCE

La Balance, c'est le début de l'automne, quand jour et nuit sont égaux (équinoxe). C'est symboliquement la justice du Soleil.

SCORPION

Quand un Scorpion pique : il laisse une blessure semblable à des lèvres. Comme si quelqu'un avait déposé un baiser. C'est le baiser du Scorpion. Quand on reçoit ce baiser, on sait qu'on va mourir.

Vers octobre/novembre, le Soleil est dans le signe du Scorpion et reçoit lui aussi le baiser du Scorpion, qui annonce sa mort prochaine, et c'est vrai, parce que l'hiver est bientôt là et que le Soleil va bientôt mourir.

La mafia italienne pratique ce même rituel : embrasser celui qu'elle va tuer. Judas embrasse Jésus dans cette même symbolique.

SAGITTAIRE

Le Soleil est à nouveau blessé et reçoit la flêche du Sagittaire.

CAPRICORNE

Le Soleil meurt au solstice d'hiver (il atteint son point le plus bas)... mais un nouveau Soleil naît au même moment (un nouveau cycle solaire recommence).

Le Capricorne symbolise la remontée du Soleil après le solstice d'hiver : la chèvre qui gravit la montagne.

La scène finale du Disney "Le Roi Lion" symbolise exactement ça : Simba gravit le montagne pour dire qu'il est en vie et qu'il est le roi, tout en se rappelant son père (le Soleil qui l'a précédé et qui lui a donné la vie) :

https://www.youtube.com/watch?v=icwgCeeQ64I

Au passage, ce dessin animé est un hymne au cycle de la vie (au cycle du Soleil) et c'est vraiment un film à revoir pour ceux qui s'intéressent à l'astrologie.

CANCER

C'est le solstice d'été (le Soleil a atteint son point le plus haut). Le Soleil se déplace maintenant latéralement, comme un crabe, d'où le choix de cet animal.

LION

Le milieu de l'été, quand le Soleil trône sur notre monde. Le Lion est le symbole solaire par excellence : force, beauté, dignité et évidemment sa crinière solaire.

VIERGE

Les moissons, les récoltes, mais aussi préserver l'abondance de l'été. C'est pour ça que la Vierge est souvent représentée tenant un épi de blé (les graines de la vie).


La vie est une succession de jours, de mois, de saisons et d'années. Tout ça est lié à notre étoile, le Soleil. C'est exactement ça le zodiaque et j'espère que j'ai réussi à l'expliquer un peu avec ce petit panorama.

:D

Les constellations d'étoiles fixes - différentes des signes, mais portant les mêmes noms - sont comme une autre horloge cosmique, beaucoup plus lente et liée à un cycle civilisationnel : les âges (et c'est de ça que parle LRDP avec la précession des équinoxes).
se8
 
Message(s) : 14
Inscription : 27 Novembre 2015, 02:12
A remercié: 1 fois
Remercié: 5 fois

Re: Brève genèse de l'Astrologie vraie (J. Grimault)

Message par Amarillo Salvaje » 08 Décembre 2015, 18:32

Merci Se8, tes propos cohérents m'ont permis de compléter l'étude sur la symbolique des signes astrologiques.

Image

Je pars de l'hypothèse quu le sphinx du plateau de Gizeh représente l'axe LION - VERSEAU (ou anciennement LION - ANGE) de part l'opposition des constellations du zodiac (= constellations à l'équateur) : "Une tête d'homme sur un corps de lion".

On remarque qu'au fur est à mesure que les constellations du zodiac changent, les constellations "polaires" changent aussi. On peut dire de manière simpliste que les constellations polaires sont les constellations formant le cycle de précession des équinoxes, et les étoiles "polaires" changent aux cours des âges de cette "grande année". (petite ourse, céphée, le cygne, la lyre, et hercule mélangé à draco)

On peut donc émettre l'hypothèse logique que le sites de Gizeh a été bâti lors de l'ère du LION (selon la constellation équatoriale, et le sphinx visant précisement l'étoile REGULUS), mais aussi que la constellation polaire visée était, en ces temps bien reculés, la constellation d'HERCULE, ce qui renforce la symbolique du sphinx, comme dit plus haut, "une tête d'homme sur un corps de lion"

De plus on y observe une autre symbolique :
Image

J'ai peut-être posté tout ça un peu prématurément, car il me faudrait encore bien d'autres relations cohérentes pour me permettre de ne pas en douter moi-même.
----> si vous avez d'autres infos en complément, ce serait bien venu
Amarillo Salvaje
 
Message(s) : 73
Inscription : 08 Décembre 2015, 11:57
A remercié: 15 fois
Remercié: 46 fois

Re: Brève genèse de l'Astrologie vraie (J. Grimault)

Message par se8 » 09 Décembre 2015, 18:07

Bonne idée de faire un tableau pour synthétiser les connaissances et mieux se le représenter.

:D

Il y aurait tellement à dire...

Pour la symbolique du zodiaque, le corps humain me semble aussi être à l'origine du zodiaque. Chaque signe est en effet associé à une partie du corps. On part du haut (la tête - le Bélier) et on finit en bas (les pieds - les Poissons). La phrase "connais-toi toi-même et tu connaîtras l'univers et les dieux" prend ici tout son sens. Il y a aussi 7 chakras pour 7 planètes (les 7 planètes visibles à l'oeil nu sont : Soleil, Lune, Mercure, Vénus, Mars, Jupiter et Saturne). Au passage, les Gémeaux me semblent liés à la période de reproduction du bétail (à vérifier).

http://worldastrologersdirectory.com/wp ... ership.jpg

C'est une excellente piste d'envisager la construction des pyramides pendant l'âge du Lion !

Je ne peux malheureusement pas t'aider pour les constellations d'étoiles fixes, parce que je connais moins le sujet.

Bonne continuation dans tes recherches !
se8
 
Message(s) : 14
Inscription : 27 Novembre 2015, 02:12
A remercié: 1 fois
Remercié: 5 fois


Retour vers Article sur LRDP par l'informateur



Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité