precisions sur les commentaires de nioutaik 1 (P. Pooyard)

precisions sur les commentaires de nioutaik 1 (P. Pooyard)

Message par Chris B » 12 Décembre 2013, 21:19

PRÉCISIONS SUR LES COMMENTAIRES DE NIOUTAIK PART1

Message par Patrice Pooyard » 28 Mars 2013, 12:49

Analyse de la critique de mon film “La Révélation des Pyramides”
émise par Benoit Bartkowiak, aka CERBERUSXT, sous le titre :
“La Révélation des Pyramides : un documentaire en mousse (sic)”


PARTIE 1



S'adaptant toujours au ton de ses détracteurs, Jacques Grimault avait répondu en son temps à ce blog, n'ayant pas jugé utile de discuter le fond de cette critique, trop creux à son goût ; ce que je conçois aisément : un monde sépare son oeuvre et celle de Benoît Bartkowiak, dont l'argumentation manque furieusement… d'argumentation.

Je souhaite m'excuser par avance de la longueur de ce sujet, qui pourra en rebuter plus d'un, mais puisque ce blog m'a fréquemment été cité comme étant “la référence en matière de démontage du film” (sic), et qu'il se trouve bien placé dans la recherche Google du fait des débats houleux qui y règnent, je me devais donc de rendre hommage ici à ce travail acharné— obsessionnel —, et de me plonger en détail, non sans mal, dans ce que certains considéraient comme des arguments imparables… “OMAGAD” (OH MY GOD pour ceux qui débarqueraient), laisserais-je échapper, empruntant le style “Nioutaik” : cela ne va pas être une mince affaire, car les maigres arguments sont noyés dans une logorrhée — “diarrhée” serait probablement un terme plus approprié, tant le texte est inconsistant —, mais je vais à nouveau me servir de ceci pour tenter de préciser certains éléments du film, comme je l'ai fait avec ce cher Yokho.

Je ne pouvais m'exprimer sans user parfois d'une certaine ironie : non par vexation ou par esprit de revanche, mais parce qu'il me semble que le décalage aurait été bien trop grand avec l'humour goguenard, trivial et bon enfant de ce texte livré aussi benoitement… Autant Yokho avait conservé une certaine réserve, malgré tout ce qu'il éprouvait à l'endroit — et à l'envers — du film, autant notre petit camarade s'en donne à coeur joie : un sujet aussi porteur que celui-là ne court pas les rues, et après “ceux-qui-croient-qu'on-n'a-pas-marché-sur-la-lune” (1969), et "ceux-qui-pensent-que-la-version-officielle-du-11-septembre-est-un-mensonge” (2001), mon film est tombé à pic pour dynamiser une audience probablement un peu en berne.

Benoit se devait donc de donc défier publiquement la bête — qui tel un virus, gagne chaque jour de plus en plus de terrain — et proclamer sa mise à mort : non par amour de la vérité, dont cet individu n'a, à mon humble avis, que faire, mais par idéologie, provocation, gloriole, perfidie, ou autres raisons du même acabit.

Cependant, il aurait été préférable de rester dans le domaine de la satire ou de la caricature, or, fonds de commerce oblige, ce texte distille des insinuations et voile des accusations n'ayant pas lieu d'être dans un tel exercice, mais extrêmement instructifs quant à la personnalité de leur auteur.

Mes commentaires sont rédigés ainsi, répondant à ceux de Benoît,

en citation


.
C'est parti.


Mon cher Benoit,

Je ne vais pas ici republier votre excellente contribution, que les curieux pourront lire intégralement sur votre page :
http://www.nioutaik.fr/index.php/2013/0 ... se#c419473

Agrémenté de photos diverses, ce (très) long texte, au propos lourd, farci de redondances et de répétitions, est délicatement ponctué d'élégants “gneu”, signifiant “je”, censés être probablement prononcés par une personne souffrant d'une difficulté d'élocution, ou plus subtilement d'une déficience mentale. Si pour ce qui concerne la forme, le choix des images n'est pas toujours très agréable en terme d'esthétique, c'est en revanche le fond de cette démarche qui demeure plus que critiquable, surtout lorsque ce brûlot émane d'une personne criant à la manipulation. En effet, elles n'ont pour autre vocation que de dénigrer le film, tenter de le ridiculiser et de l'amalgamer grossièrement, entre autres, à la série Ancient Aliens, avec laquelle il n'a cependant de commun que la mise en cause des théories académiques concernant le passé de notre planète.

D'une manière générale, il ne s'agit pas d'une critique constructive, mais d'une tentative de debunking en règle — c'est à dire sans foi ni loi, le mensonge éhonté le disputant à l'ignorance crasse —, le terme employé pour désigner LRDP est “daubecumenteur”, et le titre de l'exposé annonce clairement son but et ses intentions.

Pour tenter de faire rire mes amis, m'attirer leur sympathie ou encore forcer leur admiration, je pourrais, prenons un exemple, comparer votre blog à cela http://leila-juju.jeux-2-filles.com ou encore à ceci http://tecktocaca.skyrock.com, mais cela n'aurait d'autre but que de me faire mousser en dévalorisant votre travail… ce qui n'est assurément pas mon genre. Signalons tout de même une heureuse surprise à la lecture de votre page, celle de ne pas y voir figurer des photos d'Hitler, d'uniformes SS, ou encore d'images des tours du World Trade Center en feu… Il semblerait que le débat s'élève un peu de la fange. Tout ceci est néanmoins relatif, car certaines images, telles que celle qui va suivre, ne sont cependant pas encore, tant dans leur concept que dans leur réalisation, du meilleur goût :
Image




Passons maintenant au texte à proprement parler.

Nous voici furieusement embarqués dans cette terrible et lassante dichotomie du “pour ou contre LRDP”, bref, de l'habituel clivage “droite/gauche, science/religion, etc.”. Ce qui, pour être sincère, ne me surprend pas le moins du monde, car elle illustre parfaitement cette pratique dialectique fort répandue du “si tu n'es pas pour, c'est donc que tu es contre”. Là se trouve un vaste sujet, extrêmement intéressant, mais probablement pas encore dans vos préoccupations… à chaque âge suffit sa peine.

En réalité, ce qui me dérange le plus dans votre texte, ne tient pas à l'utilisation de telle ou telle image, mais bien plutôt à votre positionnement, qui, selon mon point de vue, manque cruellement de courage. Nous livrant ainsi un tel pavé critique, se réclamant constructif, ce qu'il n'est assurément pas, et humoristique — je vous laisse seul juge de votre prose —, vous n'atteignez cependant pas votre objectif : celui de mettre à la poubelle une fois pour toute, en invalidant les faits présentés, le contenu de mon film.

Tous les poncifs du genre sont employés pour transmettre l'idée qu'il s'agirait d'une oeuvre conspirationniste conçue par des charlatans — au mieux des imbéciles paranoïaques et au pire des escrocs sectaires —, et aucune occasion n'est manquée, tout au long de ce très long texte, de marteler cette idée jusqu'à l'écoeurement.

Citons, seulement dans le début du texte, mais cela continue tout au long :

"L’ennui c’est que, ces théories moisis se régénèrent à deux fois la vitesse d’un humain normal comme mon amour propre et c’est pourquoi elles ressurgissent régulièrement sous diverses formes pour vomir à nouveau leur ignorance.

Hélas pour les amateurs de petit gris et de petits noyés…

Ce "truc" promet de dévoiler tous les mystérieux mystères cachés par les vilains Egyptologues à la solde des Illuminatis du FBI chinois du Mossad islamique.

Le documentaire se présente comme une simili quête initiatique dans les secrets des pyramides…

Bien sûr, comme tout documentaire pseudo-scientifique qui se respecte, la paranoïa est à son maximum et la narratrice répète à longueur de temps que les Egyptologues c’est un peu comme la mafia, si on ose les contredire ils brisent les genoux des hérétiques avant de forcer leurs enfants à manger des lasagnes de cheval.

Enfin, j’imagine que le syndrome du martyr est censé renforcer leur message.

… la narratrice laissera sous entendre que les Egyptologues c’est un peu des Polpots des sables
"


etc.

Voyons l'aspect diffamatoire de votre document à l'encontre de Jacques Grimault, exprimé, entre autre, de cette manière :

"Bouh, que tout cela est mystique et pas du tout fait pour ne pas devoir annoncer trop clairement que l’informateur est en réalité Jacques Grimault, un astro-numéro-ufologue qui en tient une belle couche."


Bien que l'attaque ad hominem soit diluée tout au long de votre texte, votre formulation diffamatoire tombe belle et bien sous le coup de la loi, et de la jurisprudence en matière de blogs… ceci ressortant de l'analyse de nos avocats, au demeurant indignés par la situation réelle de notre société — qu'ils connaissent en détail pour l'avoir étudiée de près, à la différence de tous ceux qui en parlent une fois de plus sans savoir — et des agissement nuisibles émanant d'un “auteur-producteur”, ne prenant pas davantage part en “qualité d'auteur” aux débats qui font rage sur la toile, qu'en tant que “producteur”, qui à défaut de nous soutenir, se contente de nous assigner en justice pour tenter de nous extorquer de l'argent, et d'adresser des courriers insinueux et calomnieux aux radios qui nous accueillent, sciant ainsi de manière totalement irrationnelle la bonne exploitation de ce film. Ceci est un problème épineux qui se résoudra en justice, ce que je déplore grandement, car ce n'est pas ainsi que je conçois les relations entre personnes.

Cet aspect diffamatoire ne me concernant pas directement, je ne m'attarderais pas davantage sur la question de savoir si vous allez rejoindre vos collègues Laurent Zegatt et Alberto N dans le panier de linge sale de Jacques, car vos insinuations, bien qu'étant fourbes, me semblent moins graves que les accusations de ces derniers, mais il n'est pas de mon ressort d'en juger… à ce propos, j'en ai lu certains qui trouvaient honteux l'idée même de pouvoir vous attaquer en justice, aggravant leur cas en affirmant qu'il s'agissait de méthodes fascistes, et sectaires propres à l'extrême droite, ceci démontrant donc cela. Précisons la question : libre à tous de critiquer le film, de remettre en question les faits, de le qualifier de navet en carton, de bouse infâme ou encore de documentaire nanarchéologique — je vous offre bien volontiers cette dernière — mais pas d'attaquer les personnes, en les accusant de véhiculer des théories nazies, pour mieux éviter de formuler gravement et directement une accusation de xénophobie, ou plus particulièrement d'antisémitisme.

L'amusant, si on peut l'exprimer ainsi, est qu'au final on ne sait plus de quoi nous sommes réellement accusés : d'avoir une démarche mercantile, d'être des égyptologues frustrés, des hallucinés en croisade, des malade mentaux victimes de leurs hallucinations, de discrets nazis nostalgiques, des escrocs usant de la promesse d'un film suivant pour collecter des fonds afin de créer une nouvelle secte… bref, tout cela est si confus, que l'on en vient à se demander si, souhaitant noyer le bébé avec l'eau du bain et voir ce sujet partir dans les égouts, l'on pourrait s'y prendre autrement.

La quantité d'énergie que vous dépensez depuis quelques semaines est fort instructive : ayant souvent vu de gros navets au cinéma ou à la télévision, jamais encore je n'ai éprouvé le besoin de consacrer l'essentiel de mon temps afin de convaincre le reste du monde de la médiocrité de l'oeuvre en question.
Vos motivations vous appartiennent, mais si je devais vous donner un conseil, il me semble qu'un peu d'introspection vous ferait le plus grand bien.

Comme vous nous en faites part si délicatement dans l'introduction de votre texte :

"Autant vous dire que son visionnage m’a fait pousser de nombreux petit cris, à tel point que mes voisins sont maintenant persuadés que je fais un élevage clandestin de porcinets dans mon salon pour les vendre à Findus pour leurs bâtonnets de poisson !"


Ce film vous a mis en colère, et c'est bien là que réside le problème principal, car sur le terrain de la raison, nulle place aux émotions.

Ce que je vais vous apprendre maintenant risque de ne pas vous plaire, mais cette réaction émotionnelle, qui suinte tout au long de votre rédaction grasse, de la “violence” des images au vocabulaire employé, témoigne d'un individu atteint dans ses fondements, et il conviendrait de vous pencher avec recul sur cette situation.

Comme dit dans l'introduction de mon film, à ceux capables d'entendement, “je sais à quel point il est sensible et comme on s’accroche souvent, parfois sans même s’en rendre compte, à ce que l’on croit être vrai.”.

Ne vous connaissant pas, mais vous ayant suffisamment lu pour me faire une idée du personnage que vous incarnez dans cet amusant épiphénomène, contraint par cette furieuse dichotomie empêchant l'expression de toute pensée en dehors de deux bornes soigneusement définies — d'où le qualificatif parfois entendu de personnes “bornées” —, je vais devancer les ardents défenseurs du “c'est celui qui dit qui y est”, en vous demandant de bien réfléchir, pour nous dire, honnêtement (aïe) sur quelles bases solides, factuelles et rationnelles, repose votre connaissance du passé de notre planète, et plus particulièrement de l'Égypte ancienne, sachant que rien à ce jour n'a jamais été DÉMONTRÉ.

Des années de recherche ? Des visites de musées ? Des voyages ? Des lectures en nombre ?
Bien sûr que non : tout cela se verrait dans votre texte et se sentirait dans votre expression.
Vous croyez en une vision du passé, comme d'autres en leur Dieu : aucune discussion rationnelle n'est donc possible.

Je suis peut-être bien candide, mais je ne crois pas, moi, j'ai des convictions, et mes convictions s'établissent sur des faits CONCRETS et TANGIBLES.

Voyez-vous, cher Benoît, pendant que vous affutiez votre plume afin d'atteindre cet extraordinaire style littéraire qui vous caractérise tant, je voyageais — ce qui vous ferait grand bien —, je lisais, je regardais des documentaires, bref, je me documentais sur ce sujet qui nous préoccupe aujourd'hui, vous comme moi, pour des raisons toutefois opposées.

Les coulisses de l'égyptologie furent une si stupéfiante découverte, eu égard à la manière dont certains experts, ayant autorité en la matière, réagissaient à certaines questions, qu'elles furent le déclencheur de cette production et de l'envie de faire ce film. Pour livrer une impression, j'aurais tenté de démontrer à un homme d'église la non existence de Dieu que sa réaction n'aurait pas été différente, et c'est ce qui m'a causé le plus de tracas dans cette affaire : l'idée qu'il puisse exister en égyptologie de bonnes et de mauvaises questions, alors qu'il me semblait qu'en science, il n'y avait que des questions. Ceci étant précisé, se faire railler par des gens de votre espèce est plutôt flatteur.

Assez bavardé, et venons en aux faits. Le premier, délicatement mis en exergue, est le suivant :

"Alors que le reste de la planète se promenait en peaux de bête, l'Égypte bâtissait des pyramides. Parce que c’est connu, le 3ème millénaire c’était encore la préhistoire partout dans le monde sauf en Egypte. Les Minoens, Sumériens, et autres peuples qui avaient largement dépassé l’époque des grottes vont grave kiffer. Ignares !"


Cette assertion du film, se basant à la fois sur ce que l'Histoire nous rapporte, à savoir une date de construction supposée de la grande pyramide de Gizeh aux alentours de -2700 avant notre ère, époque à laquelle, comme vous le faites remarquer à juste titre, le reste de la planète n'en était déjà plus à l'Âge de pierre, est à mettre en relation avec l'extraordinaire réalisation de cette construction qu'est la pyramide, assurément anachronique pour qui veut bien la considérer sans oeillères.

Nous parlons d'ailleurs de bâtisseurs, et non d'Égyptiens, qui par glissements sémantiques deviennent des Aliens ou des Atlantes, avec toute la connotation péjorative découlant de ces deux appellations. Cette erreur se rapporte au fait que l'hypothèse développée en fin de film recule très largement la datation généralement proposée de la construction, et il est vrai qu'à cette époque supposée, l'Humanité se trouvait effectivement vêtue de peaux de bêtes.
Ceci explique cela : il ne s'agit non pas d'une pirouette, justifiant a posteriori une erreur d'appréciation, mais d'une figure stylistique appelée contraste, dans le but de provoquer une réaction du spectateur. Là où vous parlez de manipulation, je parle d'effet, méchant manipulateur que je suis.

"Comme le cahier des charge des documentaires bidons sur les pyramides l’exige, c’est parti pour de longues minutes d’explications sur le pourquoi la grande Pyramide est tellement trop supra dur à construire que ces grosses caves d’Egyptiens n’ont pas pu la faire eux-même. Bien sûr, ces "arguments" ont tous comme logique de fond "Gneu compren pas comen y zon fé alor c forsséman pa eu ki l’on fé, lol" mais faites semblant d’y croire."


Il ne s'agit pas à cet endroit du pourquoi de la grande pyramide, mais de ce qu'elle est réellement, et réduire arbitrairement ces 8 prouesses à 5, ne change pas le fond du problème.

"C’est trop lourd, gneu compren pa !! : Sur ce point, on entre de plein pied dans le monde du sensationnalisme par omission puisque le documentaire explique que "franchement, comment ils auraient pu faire pour charrier 130 blocs de granit sur près de 900km" en balançant ce plan :"


Image


Assouan, dont provient tout le granite rose utilisé pour certaines parties des constructions attribuées aux premières dynasties égyptiennes, se trouve en effet à 900 km de Gizeh.
La chambre haute de la grande pyramide, ainsi que sa superstructure, représentant 130 dalles de granite pesant de 12 à 70 tonnes, uniques parties de granite de la pyramide, ont donc bien voyagé depuis Assouan jusqu'à Gizeh, ce que personne ne conteste.

Ces énormes blocs, dont les plus gros pèsent tout de même presque autant que deux poids lourds chargés de 38 tonnes, représentent une difficulté de transport considérable, sachant qu'il a fallu les extraire de la carrière, les transporter jusqu'au Nil, les charger sur des embarcations, les décharger pour ensuite les amener sur le plateau de Gizeh, et enfin les hisser à environ 60 mètres d'altitude afin de bâtir cette chambre haute, composée de 100 dalles si bien agencées que les murs sont parfaitement parallèles, ainsi que l'horizontalité et la verticalité de la pièce, avec une précision de l'ordre du dixième de millimètre.

Image


Dès lors, si tout ceci vous paraît totalement réalisable à l'aide des moyens techniques supposés — mais pas démontrés — je ne peux que vous inviter à effectuer un stage dans une entreprise de découpe de granite, afin de vous rendre compte par vous-même, et au contact de professionnels, de ce qu'il en est réellement du transport de lourdes charges, à une époque où nous disposons de camions et de grues performants.

Pour ma part, ce qui me surprend le plus dans cette réalisation — qui n'est qu'une petite partie de cette pyramide — c'est le pourquoi de cette étonnante précision d'assemblage, pas mesurable à l'aide d'un fil à plomb, de règles et d'équerres de bois, et surtout pas utile : le dixième de mm pour une pièce d'environ 10 m x 5 ?

Nous pouvons bien évidemment évoquer la dévotion de ces courageux ouvriers, entièrement voués à la satisfaction de leur Roi et à la mission divine qui leur a été confiée, mais à moins que leurs Dieux en personne ne leur ait prêté main forte en les dotant de facultés surhumaine, ou que la bande dessinée Astérix et Cléopâtre soit le reflet de la vérité et nos courageux et irréductibles Gaulois aient effectivement exporté le secret de leur fameuse potion magique, il me semble plus que fondé de s'interroger d'une part sur le comment et d'autre part sur le pourquoi de cette précision, obtenue avec des dalles de pierre aussi colossales. Dans la vie, il y a ceux qui se posent des questions, et ceux qui avalent des vérités : vous, vous ne les avalez pas, vous les gobez.

Ce que le documentaire "totalement sans a priori j’ty jure, 10 ans d’enquête trankil tak tak" oublie de mettre en perspective c’est que ces 130 blocs représentent une infime partie des milliers de blocs de la grande pyramide puisqu’ils ont seulement servit pour la chambre du roi afin d’éviter qu’elle ne s’effondre sur la gueule de la momie en dessous paraît que les dieux égyptiens ne laissent pas entrer les steaks tartare au paradis, c’est compliqué.


L'idée sous-jacente dissimulée derrière cette farandole de mots est exacte dans sa première proposition — 130 blocs sur plus de 2 millions est bien un rapport faible — mais incorrecte dans sa seconde : aucune momie n'a été trouvée dans le coffre de la chambre haute.

D'aucuns prétendent qu'elle aurait été ôtée du coffre par les hommes du Calife Al Mammoun après qu'ils aient percé un tunnel servant encore aujourd'hui d'accès aux visiteurs, mais cette assertion est à mettre en parallèle avec d'autres récits contradictoires de l'époque, plus fantasques les uns que les autres. Hérodote, baptisé le “Père de l'Histoire”, jugé sérieux au point que l'on attribue sur la foi de ses écrits la paternité de cette pyramide au Roi Cheops, affirme pourtant que sa momie aurait été déposée ailleurs : d'où l'idée abordée dans la réponse à Yokho — un collègue de débunkage, lisible dans ce même forum — de “cénotaphe”, à savoir de sorte de “tombeau provisoire” destiné à la cérémonie du Ka — permettant l'ascension de l'âme du défunt — pour ensuite aller déposer la dépouille ailleurs…

Explication qui, pardonnez-moi de m'interroger ainsi bêtement, semble davantage forcer l'interrogation au sujet de l'utilité de cette précision d'assemblage des dalles de granite de cette chambre haute en particulier, ainsi que de l'ensemble de la pyramide en général. Si je me permets d'apporter ces détails, c'est justement parce que votre description poétique n'en fait pas état : vous devez certainement avoir vos raisons de négliger ainsi cette question, qu'il conviendrait alors de nous exposer plus en détail.

A noter que, bien qu’au moins 95% des blocs de la pyramide soient en calcaire, le daubecumentaire n’utilise que le mot "granit" dans ses descriptions, pour tout autre type de caillou, il préfère le terme "bloc de pierre" histoire d’entretenir la confusion. Objectivité mes fesses.


Même argument que Yokho, même réponse que je vous invite à aller lire : vous y trouverez en outre une foule de détails intéressant sur l'emploi du granite ailleurs sur le site de Gizeh.

Vous allez me dire "oui mais bon, une infime partie du total des blocs ou pas, faut quand même bien se les farcir les 900km" et vous avez parfaitement raison mais, là encore, probablement grâce aux conseils de la civilisation disparue des Gloufax, les Egyptiens ont construit la carrière d’Assouan et les pyramides proche du Nil (il y avait même un port de débarquement sur le chantier) pile dans le sens du courant, ce qui leur a énormément facilité le transport par bateau.


Habile manière d'évacuer une partie non négligeable du problème. Je ne vous blâme pas, c'est ce que l'on trouve dans les livres de 6e. Au passage, une carrière ne se construit pas, mais s'exploite, à l'endroit où elle se trouve, qui ne se situe pas exactement sur la berge du Nil… mais bon, nous n'allons tout de même pas pinailler entre personnes de bonne volonté.

Au-delà du fait que les arbres ça s’importe et que les blocs de la pyramide ne sont pas si énormes que ça (un peu plus que la taille d’un homme), les Egyptiens n’utilisaient pas des rondins pour déplacer les pierres mais des traîneaux en bois dont le déplacement était facilité par la lubrification de rails de bois. Bien sûr, le documentaire, toujours impatient d’être objectif, illustre systématiquement le déplacement des blocs à coup de rondins même si quasi aucun égyptologue n’est adepte de cette idée depuis un looong moment !


L'humour occulte parfois la rigueur. Comme je l'ai déjà expliqué à Yokho, ce croquis est un décalque de ceux que l'on rencontre habituellement… et monsieur Jean-Pierre Adam, archéologue au CNRS, nous explique le transport des blocs de 1500 tonnes du Temple de Jupiter à Baalbek, au Liban, justement par l'utilisation de rondins de bois.
Petit moment de solitude, Benoit ?

Vous nous parlez de chariot : êtes-vous bien certain qu'il soit possible de transporter une dalle de 70 tonnes sur un chariot de bois ?
Pour affirmer une telle chose, vous devez nécessairement disposer de documents ou d'évidences que nous ne connaissons pas ; dans ce cas, il serait utile de les faire connaître.

Ah mais, pardonnez-moi, je suis confus : je viens de m'apercevoir que vous nous communiquiez juste au-dessous les plans du véhicule en question :

Image


L'affaire est donc réglée, à l'aide de “petits dessins” : et vous qui parliez de magie ! Vous êtes décidément bien taquin. Plus je vous lis, et plus je vous apprécie, car il est trop rare de pouvoir échanger avec de véritables professionnels tels que vous.

D'ailleurs, pour ce qui concerne la question de la hauteur, vous faites à nouveau montre d'une expertise sans pareille :

En effet, mais, là encore, nul besoin de technologies Made In Atlantis pour y parvenir. De simples techniques de bras de levier, de balancier et autres contrepoids sont très simples à mettre en place, même pour les vilains Egyptiens moins autonomes qu’un enfant Courjeau !! La preuve avec un monsieur qui s’amuse à déplacer de lourds blocs de béton dans son jardin au lieu d’y planter des légumes comme une personne normalement constituée !!


Démonstration en image :

http://www.youtube.com/watch?v=jD-EMOhb ... r_embedded

Si je vois bien l'astucieux dispositif mis en place par ce monsieur, en revanche, je ne comprends pas bien comment cela permet de hisser les blocs à 60 mètres d'altitude dans la grande pyramide : serait-ce par un habile système de “catapulte” ?
Image


Vous diffusez ensuite une autre vidéo, montrant le déplacement d'un Moaï sur l'Île de Pâques : les mauvaises langues argueront que “5 tonnes, ça n'est pas 100”, mais vous devançant, et ce afin de vous venir en aide, je rétorquerai, prenant un air assuré et usant d'une logique imparable, que “si cela marche pour 5 tonnes, alors cela marche pour 100”.
Après tout, c'est vrai, si la statue est plus grande, alors il faut prendre des cordes plus grosses et des gens plus grands. CQFD.

Image


Les détracteurs aimant bien partager leur “détractations”, voilà que je retrouve avec plaisir ceci :

Et pour ceux qui chouinent "Oui mais c’est des petits cailloux de JUSTE 5 tonnes dans tes vidéo, cheat !!", je vous invite à découvrir l’histoire merveilleuse de cette statue dont le socle de pierre de 1500 tonnes à été tracté sur 6km sans camion ni antigravité. Oui, c’est possible sans aliens !!


Si vous êtes un amoureux de la lecture tout autant que vous semblez l'être de l'écriture, alors je vous invite à vous reporter à nouveau à la réponse faite à Yokho, dans laquelle cet aspect du transport du socle du Cavalier de Bronze de Saint Petersbourg, un classique inégalé du genre depuis au moins 1975, est traité.

Alors, que l’on soit bien clair, je ne dis pas que ce sont nécessairement ces techniques qui ont été utilisées pour la fabrication des pyramides, ce que je dis c’est que ce sont des techniques extrêmement simples, bien qu’ingénieuses, pour bouger de lourdes charges et qu’il n’est pas difficile d’imaginer que ces techniques (ou d’autres) étaient parfaitement à la portée des Egyptiens sans avoir besoin de faire intervenir des "Aliens/Civilisations Anciennes/Voyageurs du futur" dans l’histoire ! D’ailleurs, si ces techniques vous intéressent, ce site axé sur les outils de l’ancienne Egypte et leur utilisation est awesome et tue dans l’œuf les remarques du reportage qui affirme que "personne n’a d’explication convaincante sur les outils des bâtisseurs parce que lé éjiptologue say r1 ke des vil1, trololololol"


Cette prudence vous honore.
Là encore, à critique identique, réponse identique : puisque le sujet vous passionne, une fois de plus, vous y trouverez des éléments de réponse dans celle faite à Yokho.

Comme de bien entendu, même si la grande pyramide de Gizeh est effectivement une prouesse de précision, elle n’est pas aussi parfaite que ces quelques exemples choisis le laissent supposer. Pas mal de ses blocs sont foireux, la chambre du roi est fissurée, sa base fluctue de plusieurs centimètres (en plus, avec le revêtement supra endommagé, dur de conclure sur ses dimensions précises avec plein de chiffres après la virgule) et le support de plafond de la chambre du roi est mal conçue avec de nombreux éléments qui ne servent à rien ce qui prouvent que les Egyptiens se cherchaient question résistance structurelle. Pour ne rien arranger, elle n’a rien de physiquement impossible (je n’ai pas dit "facile à faire") même avec des outils très rudimentaires et en sachant que les Egyptiens avaient des notions d’astronomie pour s’orienter.


Un chapitre bâclé, c'est regrettable. L'heure du goûter, peut-être ? Mettons plutôt cela sur le coup d'une fatigue passagère, et reportez-vous, encore, à la réponse de Yokho, où ces aspects de la construction ont été développés. S'il vous manquait des choses, concernant notamment ce plafond de la chambre du roi “mal conçu”, faites le moi savoir.

Même les maçons de nos jours n’ont généralement besoin que d’un niveau d’eau, d’une équerre et d’un fil à plomb et boom, ils contrôlent les 3 directions de l’espaces sans avoir besoin de règles lasers, de pied à coulisses en titane de carbone ou que John-Glorfax de Plutonium C ne leur souffle les réponses !


Vos propos reflètent ici une incompréhension totale de votre part… ce que l'on nomme en langage commun du “grand n'importe quoi”, sur lequel, il me semble parfaitement inutile de s'attarder.

Suit ce qui se veut ensuite un argument massue, en évoquant le Colisée et l'Acropole, mais ces constructions n'ont absolument rien à voir en terme de réalisation ! Pourquoi pas la muraille de Chine ? La Tour Eiffel ? Le Louvre ? J'ai déjà évoqué un grand nombre de spécificités de la grande pyramide dans la réponse faite à Yokho, ce qui vous permettra de ne pas parler sans savoir de quoi vous parlez, bien que cela n'ait pas vraiment l'air de vous déranger.

Oh, et concernant le passage sur les "pots de pierre trop précis tavu", les égyptiens utilisaient une technique vaguement similaire à la céramique, ils ne les taillaient pas les tricheurs :(


Là, c'est le drame. Mais vous n'y connaissez rien en fait, c'est ça ?
Comment pouvez-vous affirmer que les “égyptiens utilisaient une technique vaguement similaire à la céramique”
Allez hop, réponse de Yokho, on aborde ça aussi.

Les techniques antisismiques moderne ? Wouah ! C’était vraiment nécessaire de parler de "techniques antisismiques moderne" ? Aussi incroyable que cela puisse paraître, les pyramides ont des formes PYRAMIDALES (ne tombez pas de votre siège tout de suite), or, la forme pyramidale est la forme la plus simple permettant de construire de lourds bâtiments tout en hauteur sans structure en acier, ce que n’importe qui peut constater en empilant 4 caillasses ! Et d’ailleurs, les égyptiens n’ont pas constaté cette stabilité tout de suite puisqu’ils ont foiré certaines de leurs pyramides en leur donnant des angles trop aigus (la pyramide à double pente), mais j’imagine que les Atlantes voulaient se foutre un peu de leur mouille avant d’attaquer leurs grands travaux ?!! Coïncidence, cette forme résiste très bien aux tremblements de terre !! Oui, je sais, une structure lourde et stable qui résiste bien aux tremblements de terre, omondieu , ça implique forcément une connaissance presciente de normes antisismiques !!!


Vous avez relu ce que vous avez écrit, seul, j'ose espérer ? Il est vrai que peu de choix sont possibles face à de telles inepties :

- les ignorer copieusement (ce qui risquerait de vous laisser croire que vous avez mis le doigt sur du lourd, du très très lourd) ;
- vous contraindre par voie de justice à effectuer un stage dans une entreprise de construction ;
- vous hospitaliser en urgence afin de déterminer l'origine du trouble dont vous souffrez (surtout pour savoir si c'est contagieux) ;
- vous faire exorciser ;

Derrière vos assertions pour le moins cauchemardesques, vous nous gratifiez d'un visuel qui pourrait s'avérer prémonitoire — vous dans 30 ans ? — si vous ne vous ressaisissez pas rapidement :

Image


Le problème du genre de votre “critique”, est que ne présentant pas ou infiniment peu d'arguments, et se contentant de broder pour meubler et faire croire que vous avez réfléchi à la question, je me trouve bien embarrassé pour vous répondre, car on risquerait de penser que je me moque.
Je ne vais donc plus m'arrêter qu'aux endroits où je trouverai de vrais arguments opposés aux faits (si j'en ratais un, je vous remercie de me l'indiquer).

C’est trop court, gneu compren pa !! : Dans un nouvel exemple domission, le documentaire s’extasie à grands cris sur la difficulté de construire la grande pyramide en seulement 20 ans, même qu’ils pondent plein de chiffres pour faire super sérieux.


Image


Là, les auteurs de cette bouse aimeraient bien que leurs spectateurs pensent "omagad !! 2 minutes 30 par bloc !! Ca nécessite forcément des découpe à la scie circulaire et des téléportations du fioutioure !! Spa possible autrement !!" sauf que ce calcul n’a de sens que si le chantier ne compte qu’UN SEUL clampin et donc si c’était un chantier de la DDE vu que leur quota est d’un gars qui bosse, le reste maintien la stabilité du camion en s’appuyant dessus /troll ou si plusieurs ouvriers ne travaillent qu’un bloc à la fois !! Dès l’instant où l’on augmente la main d’œuvre (il y avait entre 50 000 et 100 000 ouvriers selon les estimations) et que l’on arrête de prendre les Egyptiens pour de gros demeurés incapables de paralléliser des tâches en bossant sur plusieurs blocs à la fois, ça devient nettement moins aberrant !! Sincèrement, à ce compte là moi aussi je peux sortir des mystères du néant !


Ce que vous sortez du néant, ce ne sont pas des mystères, mais… du néant. Pas totalement vide, toutefois, car si on peut en profiter au passage pour mettre une petite couche sympa, du genre “prendre les Égyptiens pour des demeurés”, c'est pas mal aussi.
Pour ce qui concerne ces 2mn 30, cf réponse à Yokho qui est venu me chercher là-dessus… avant d'aller chercher autre chose.

J’aime les maths, on leur fait dire ce que l’on veut :’) ! Je passerai aussi sur le coup des 12h de travail, il me semble que les ouvriers Egyptiens bossaient en 3/8 mais je n’ai pas de certitude. Bien sûr, le documentaire tente de noyer le poisson en sortant des comparaisons bidons de chantiers moins imposants (ou quasiment aussi imposants) ayant demandé plus de temps avec notre belle technologie moderne alors qu’ils auraient pu comparer, de façon plus pertinente et "sans préjugé gnagnagna", la pyramide à d’autres grands chantiers réalisés sans outils modernes comme :
Le Colysée : 10 ans
Le Pont du Gar : 5 ans, 11 millions de bloc de pierres, 50 000 tonnes
L’acropole d’Athène et tous ses temples : 18 ans
Fuck yeah ! La magie alien est partout !!


“il me semble que les ouvriers Egyptiens bossaient en 3/8” NOOOOOON ? PAS VRAI ? À la lampe a huile, à cent mètres de hauteur… je vais me chercher un verre, on rentre dans du sérieux, là. Concernant cette liste de chantier, encore et toujours réponse à Yokho (vous vous fournissez tous chez le même, ou quoi ?)

J'adore le “J’aime les maths, on leur fait dire ce que l’on veut” ! C'est bien là votre problème : de faire dire tout ce que vous voulez à tout.

En fait, à la lecture de tout ceci, je m'interroge brutalement.

Pause.

Pensez-vous sincèrement que l'on ne connaîtrait pas tout ce que vous citez ? Peut-être nous prêtez-vous VOTRE COMPORTEMENT qui consiste à s'exprimer sur un sujet qu'on ne connaît pas ? Vous estimez-vous tellement au delà des autres, que vous auriez vu seul une chose que le reste de la planète ne pouvait pas voir : que ce film ment partout, et tout le temps ? Par omission, par manipulation, par ignorance ? Que nous serions de doux rêveurs hallucinés, des malades mentaux, des escrocs ou autres qualificatifs de votre choix ?

Répétant promptement une leçon bien apprise, après nous avoir tout de même affirmé sans sourciller que les Égyptiens fabriquaient leurs vases de granite, basalte, quartzite ou autres pierres métamorphiques à l'aide d'une pâte minérale — des géopolymères —, vous nous expliquez maintenant ces réalisations étonnantes sur lesquelles nous osons, ignares que nous sommes, nous interroger :

- des blocs de calcaire de 200 à 400 tonnes qui composent les murs du Temple de la Vallée, sur le site de Gizeh :

Image


- toujours dans le Temple de la Vallée, d'énormes blocs de granite qui se répondent parfaitement les uns aux autres :

Image


Il s'agit d'une surimpression de deux photos prises au pied (pas d'un fantôme, nous ne sommes pas pas dans le paranormal :
je ne voulais pas que l'homme attire davantage le regard que le bloc… “omagad”, comme vous le dîtes si bien, un trucage :)


- des découpes d'angles particulièrement complexes (Temple de la Vallée, toujours) :

Image

Image



Un lien vers notre page, montrant que pour réaliser de telles découpes, il faut raboter la surface de la pierre sur toute la partie grisée, chaque fois que vous observez un tel décrochage : https://www.facebook.com/photo.php?fbid ... =3&theater

- l'Osiréion, à Abydos :

Image


Du granite rouge venant d'Assouan, encore, vous savez…

Image


Face avant du Temple de la Vallée.


Les murs d'enceinte de ce temple sont donc composés de blocs de calcaire gigantesque, comme cette photo le montre : 200 à 400 tonnes (rappel : un poids lourd chargé = 38 tonnes), avec des formes étonnantes, certaines surfaces courbes qui se répondent parfaitement.

Les blocs de calcaire n'étaient pas à la base destinés à êtres vus, car ils étaient recouverts par des blocs de granite rose d'Assouan, comme il en reste encore à la base et sur la partie gauche de la photo. Je précise ceci car j'avais entendu un égyptologue justifier le gigantisme des pierres en évoquant l'argument de la “démonstration de puissance”.

Image


Ce que vous voyez donc sur cette image (ici, nous sommes à l'intérieur) n'est donc “qu'un” parement.

Je remets cette photo, pour bien que ça percute, de l'extérieur du Temple de la Vallée. Comment a-t-on réalisé cet appareillage de blocs de calcaire de 200 à 400 tonnes ?

Image


Observez bien les formes et voyez comme elles se répondent les unes aux autres : il ne s'agit pas simplement d'empiler des blocs massifs de formes identiques, mais de faire en sorte qu'ils s'ajustent parfaitement, et ce sans liant entre chaque comme on le fait de nos jours avec des parpaings ou des briques.

Comment dès lors, les hissez-vous ? Avec quel système pouvez-vous les faire se mouvoir pour les mettre en place ? 100 000 hommes, des cordes, des poulies ?
Mais non, suis-je bête :

Image


Bon, une fois ce travail effectué, il faut passer au revêtement.
Maintenant, c'est du granite, donc approximativement la dureté de l'acier trempé. Et vous faites ceci (entre autres, car le temple en est farci) :

Image
Entrée du couloir présentant la symétrie de forme générale.


Ou encore ceci :

Image


Et donc, tout ceci, selon vous, s'expliquerait ainsi :

Image


et puis :

Image


Ce à quoi nous pourrions aussi ajouter :
Image


ceci, montrant votre petit traineau à l'oeuvre :

Image


et encore, cinq gars au boulot sur une caillasse (bon, ils se sont trompés pour la légende : ce n'est pas du granite, mais du calcaire… des membres de la secte gripoo, probablement) :

Image


Et, pour le transport des Colosses de Memnon, environ 1300 tonnes chacune, sans leur socle, c'est en réalité très simple :

Image


“C'est par là, les gars, encore 50 bornes.”


Deux catégories de personnes, Benoît : ceux qui s'interrogent et ceux qui gobent.
Puisque vous êtes convaincu, sans preuves, je vais vous laisser à vos croyances. Poursuivons l'énoncé de vos arguments :

J’ai volontairement oublié une prouesse dans ma liste parce que ce point sera une balle tirée dans le pied du daubecumentaire plus tard. Il s’agit de la concavité des faces de la grande pyramide (que j’aurais classé dans la catégorie "stro précis !!"). En réalité, la base de la pyramide n’est pas un carré parfait, déjà parce que ses longueurs varient (fuck yeah precision alien) mais également parce que la face interne est en retrait de 94cm environ. Du coup, la narratrice s’ébahit du fait que ce renfoncement, qui n’est visible à l’œil nu que lors des Equinoxes, prouve que les Egyptiens ont construit cela volontairement pour marquer des cycles du soleil. (…) Ce à quoi j’ai envie de répondre : Et alors !! En quoi est ce incroyable sachant que la pyramide est orientée au nord ?! Ca revient à s’extasier d’une boussole deux fois, une fois parce que "franchement, la pointe nord pointe au nord, c’est unbeliveubeul !!" et une seconde fois parce que "OMAGAD, la pointe sud pointe au sud ! Une coïncidence OK ! MAIS DEUX C’EST AU DELA DU PROBABLE §§".


Bravo ! Rien compris à la séquence, alors ? Allez, je suis bon prince, plutôt que de vous renvoyer à nouveau à la lecture de la réponse faite à Yokho, je vais reprendre des choses déjà dites :

Si vous n'avez pas la chance de pouvoir aller sur place, vous trouverez de nombreuses photos vous montrant qu'il ne s'agit pas de blocs normalisés — de parpaings géants standardisés — ce qui complexifie d'autant plus la mise en oeuvre : les différentes assises n'ont pas la même hauteur, et certains blocs ont des formes qui se répondent les unes aux autres. Ceci rajoute considérablement à la logistique du chantier.

Or deux choses sont notables : d'une part, les angles des arêtes de la grande pyramide sont constants, ce qui signifie que le sommet de la grande pyramide se trouve aligné pile à la verticale du centre du carré de base. Vous voulez vous convaincre de la difficulté d'une telle chose : faites une (petite) pyramide avec des morceaux de sucre, et voyez si vous obtenez le même résultat… il suffit d'un infime décalage de chaque assise — chaque étage de blocs — pour que les angles de des arêtes ne soient plus constants, et le sommet à la verticale du centre : trouvez-vous mention de ceci dans toutes les hypothèses de construction présentées ?

Rappelez-vous en outre que chaque bloc est posé définitivement !

D'autre part, le creusement des faces — environ 90 cm de recul sur chaque apothème, à savoir la ligne verticale qui sépare chaque face en deux triangles égaux — qui elle aussi nécessite une vérification permanente de la mise en place de chacun des blocs… énorme difficulté supplémentaire, censée ne servir à rien, car le revêtement aurait alors du combler tout ceci pour présenter en finition des faces planes.

Observez-donc la pyramide, et imaginez la complexité de conception des blocs de revêtement : leurs faces arrières doivent épouser parfaitement ces blocs, tout en étant lisses et plans sur leur face avant (selon moi, le revêtement suivait le creusement des apothèmes, mais dans le cas contraire, la difficulté reste la même), allez donc voir des images du sommet de la pyramide médiane (dite de Kephren) plus proches que celles-ci :

http://tatiana.blogs.com/photos/pyramid ... eh_042.jpg

Nous parlons d'une construction de 230 mètres de côté sur 146 mètres de hauteur. Encore faut-il savoir quelle quantité de main d'oeuvre spécialisée pouvait être à disposition à l'époque avant de se prononcer. Chaque bloc du revêtement était censé peser près de 10 tonnes en moyenne, et il y en avait plusieurs milliers !

Avec vos affirmations à l'emporte pièce, cher Benoît-Nioutaik-CerberusXT, vous oubliez certaines choses importantes :

- l'arasage de la colline de calcaire : seul un “bouton pression géant” (c'est une “image”) a été conservé, ce qui s'avère a posteriori un choix judicieux, car sinon il y a fort à parier qu'avec les trois principaux tremblements de terre majeurs ayant affecté la construction, la pyramide aurait déjà glissé de son socle depuis longtemps, et/ou perdu ses dimensions originales (et non pas ce que vous osez balancer sur la pyramide qui serait plus résistante qu'autre chose aux tremblements de terre).

- la mise en place d'un dallage sur près de 60 000 mètres carrés — la surface au sol de la grande pyramide fait elle 53 000 mètres carrés, auxquels on doit soustraire la surface de ce monticule laissé — où des blocs d'une tonne et demi de moyenne — encore — ont été placés à la manière d'un carrelage géant — non, je n'induis pas une civilisation de géants (qui auraient beaucoup de mal à circuler dans les couloirs d'environ 1m x 1m de la grande pyramide !), mais j'essaie montrer à ceux qui n'y sont pas allés ce que cela représente. Ces blocs de formes complexes — les angles sont loin d'être tous droits — s'encastrent parfaitement dans le sol de calcaire — le reste de la colline — sculpté pour les accueillir, ce qui s'observe aisément à l'endroit où certains ont été ôtés.

- le socle de la grande pyramide est presque parfaitement horizontal, car les relevés — officiels, je précise — de hauteur à ses angles font état d'une différence moyenne de 2,4 cm, ce qui, si ce socle était réduit à l'échelle d'une fenêtre, le rendrait aussi plat que du verre. Vous repasserez pour votre “imprécision de construction”.

Bien sûr, un tel niveau peut se vérifier avec l'eau placée dans des rigoles creusées, et on use la sol jusqu'à ce qu'il soit parallèle au niveau d'eau, mais là encore, c'est bien plus facile à dire qu'à faire lorsqu'il s'agit d'un socle de 230 m x 230 m, et avec un beau pivot au milieu. À vous d'essayer d'estimer le temps nécessaire pour obtenir ceci : comme j'étais incapable de le faire, j'ai posé la question à des professionnels (mais si j'avais su, je vous aurais téléphoné).

- la précision des angles droits du “carré de base” de la grande pyramide. Selon Mark Lehner, égyptologue américain a priori pas versé dans ce dans quoi vous nous accusez, constate que l'écart moyen qui permettrait que ces angles soit parfaitement droits est seulement de 4cm, sur 230 m de longueur.
Regardez les photos, comptez les blocs, et imaginez ce que cela représente en terme de précision : c'est tout simplement ahurissant.

- l'orientation quasi parfaite de la grande pyramide sur le nord géographique : pourquoi alors n'avons-nous pu obtenir cette précision d'ajustement qu'à notre siècle seulement si cela est si simple ?

Je me souviens m'être fait expliquer comment les Égyptiens s'y seraient pris, la nuit, en utilisant de longs crins tissés ensemble, et en visant précisément l'étoile polaire :

Image


OK, j'admets qu'il soit possible de réaliser une visée avec une telle précision, mais il faut ensuite la tenir sur chacun des blocs constituant les faces, afin d'une part de conserver la constance des angles des arêtes — pour assurer la perfection de réalisation —, et maintenir cette parallaxe précise tandis que l'on monte des faces “creusées” — au centre, et à la base des faces, les blocs se trouvent à 90 cm environ de cette ligne imaginaire — afin que la pyramide présente cette précision d'alignement sur le nord géographique… que nous sommes tout juste capables d'égaler depuis seulement un siècle !

"Là où le coup des équinoxes est encore plus drôle c’est que les restes de revêtement extérieur de la grande pyramide (la belle couche blanche qui la recouvrait à l’époque des pharaons) ne portent pas ce creusement des faces et d’ailleurs le revêtement d’aucune autre pyramide, même les mieux conservées (tout est relatif) ne présentent pas de concavité. Mais ça, le daubecumentaire s’en cague puisqu’il balaie ces considérations d’un revers de main en affirmant que "Oui mais les blocs de parement de la grande pyramide ont été déplacés alors ça compte pas nananananèreuh !! La preuve, regardez ! Si on projette l’angle des blocs de parement survivants, on cogne la façade de la pyramide" suivi de cette photo :"


Image


ON NE RAISONNE PAS EN 3D AVEC UNE PHOTO 2D ORIENTEE DE TRAVIOLE §§§ CA N’A PAS DE SENS !! En plus c’est complètement faux, regardez, il suffit que je fasse ça :


Que vous démontrez donc ainsi, en plaçant cette photo :

Image


"Boum ! Preuve bidon, ça ne percute pas !"


Mais il n'y a que vous, Benoît, pour oser penser que l'on fait un documentaire sur la grande pyramide devant son écran d'ordinateur, en faisant des copiés/collés de photos des collègues ! Là, je commence vraiment à m'inquiéter pour votre santé mentale… Pourquoi ne pas aller vous reposer un peu ? Un petit billet pour Gizeh, histoire d'aller voir de vos yeux ce que vous racontez sans savoir. Pour ensuite conclure comme ça (en plus) :

Mais soit, ok, je suis prêt à admettre que le parement indiquait lui aussi les équinoxes et que tout celà est la volonté des architectes, après tout, ça ne demande pas d’effort plus terrible que ça pour des bâtisseurs qui savent aligner des blocs en ligne droite. En tout cas, gardez bien cette particularité géométrique de la grande Pyramide à l’esprit, ça resservira plus tard ;)


Respé, pour vous citer. Pas évident de rester sérieux face à ce festival d'absurdités… parce que ça continue. Alors, ravages de la drogues ? Manque de sommeil ? Gamelle en skate/snowboard/poussette/joystick ? Quelque chose ne tourne pas rond, c'est certain, et je regrette déjà m'être embarqué dans une telle entreprise de décorticage…
mais puisque c'est le prix à payer, je vais prendre sur moi et poursuivre, car c'est un peu comme si je voulais expliquer l'odeur de ceci :

Image


à quelqu'un qui serait dépourvu d'odorat (énervement palpable).

Chris Dunn, ingénieur ayant vaguement un rapport avec les avions, passe plusieurs minutes à expliquer qu’une statue de Ramsès (parmi tant d’autre et sans rapport avec la pyramide), présente des symétries troublantes la rendant "trop parfaite gneu compren pas !". Pour le prouver, il s’amuse à superposer les deux faces de cette image pour montrer qu’elles coïncident parfaitement (…) Sauf que c’est du bullshit !! En retentant l’expérience moi-même et en soulignant une des mâchoire sur laquelle insiste beaucoup Dunn dans la suite de cette daube, j’obtiens ça :


Image


“En retentant l'expérience moi-même” : l'espace d'une seconde, j'ai envisagé que vous soyez allé sur place pour vérifier… mais c'était oublier qu'un véritable expert, tel que vous, ne travaille que sur l'écran de son ordinateur, à partir d'une image extraite d'un film, et légèrement animée en perspective 3D sur After Effects… la version moderne de la personne qui écrit à son hebdomadaire de télé, pour lancer avec colère qu'à la 35e minute du film, le héros avait sa braguette fermée, alors qu'elle était ouverte dans la scène précédente, et qu'on ne l'a pas vu la fermer… no comment.

Si vous ne voulez pas passer pour l'idiot du village, mieux vaut alors nous avouer que ceci était volontairement malhonnête, car dans le cas contraire, vous m'auriez demandé l'image, qui en soit n'est pas une preuve, comme je le dis dans ce film que vous avez tenté de démonter avant même de le voir, et vous vous seriez renseigné plus avant sur le travail de Chris Dunn, vous auriez ensuite commandé son livre sur Amazon (pour le prix de 4 ou 5 Happy Meal), et enfin, vous vous seriez posé la question de savoir si cet homme pouvait être suffisamment stupide pour affirmer quelque chose d'aussi ÉNORME sans être certain de son fait, à moins que ce ne soit une constante chez tous les pyramidiots que de dire des choses facilement démontables par le premier venu.

Voici donc la photo originale, celle utilisée dans le film (avant que Chris Dunn retourne en Égypte pour en faire d'autres, à de plus grandes résolutions encore) :

Image


Comme la tête n'est pas exactement à niveau sur son socle, la première étape consiste à la repositionner à l'horizontale, comme l'indiquent les deux lignes noires :

Image


Ensuite, on la duplique, et on la superpose sur elle-même (là, elle est en train de glisser, pour bien montrer) :

Image


Puis :

Image


Puis encore :

Image


Voici les mesures portées sur cette image, qui montrent, qu'elle n'est pas PARFAITEMENT symétrique (les différences sont infimes,la perfection étant atteinte avec des mesures proches du dixième de mm, ce qu'il détaille et explique dans son livre) :

Image


En vous intéressant sérieusement (serait-ce vous demander l'impossible ?) à ses travaux, vous vous seriez aperçu qu'il a effectué le même travail sur une statue duTemple du Ramesseum (le travail est mâché, l'image est déjà superposée sur elle-même) :

Image


En revanche, ici, la symétrie est PARFAITE :

Image


Le summum (point de non retour dans l'enfer de la débilité ?) va être atteint maintenant, avec ceci :

Image


suivi de ceci :

Image


À mon tour alors de laisser échapper un énorme OMAGAD suivi de 25920 points d'exclamation… omagad, omagad, omagad… :shock:

Dois-je réellement publier votre illustration ? Oui, il le faut (elle a au moins le mérite de montrer ce qu'il ne faut surtout pas faire avec Photoshop) :
Image


Je reprends ma respiration, et je vais essayer de trouver des mots simples pour expliquer la situation.

Tout d'abord, les cercles affichés sur ces images montrent que la symétrie de ces visages se compose à l'aide de cercles, mais le problème, et ce n'est pas à un spécialiste de la 2D/3D (D est pour Dimension, et non Débilité), c'est que le visage est réalisé en 3 dimensions, ce qui pose un ÉNORME problème en terme d'exécution du travail, car ces cercles se voient de face, mais aussi de profil, sur des IMAGES 2D, ALORS QU'ON EST EN 3D (D pour dimension) ! Vous comprendre mots, concepts, idées, problèmes techniques ?

Alors inutile de prêter à Dunn des propos qu'il n'a jamais tenus, à savoir qu'il ne comprendrait pas comment on pourrait faire un cercle parfait, mais (calme Patrice, calme), comment vous pouvez réaliser le visage symétrique d'une statue de granite de près de 20 MÈTRES DE HAUTEUR avec ceci !!!!

Image


Passons le couplet sur Chris Wise, encore sorti du contexte, pour arriver à ceci :

Après s’être ébahi des heures sur l’incroyablitude de la grande Pyramide et débunké les fameux hiéroglyphes plein d’hélicoptères Apache pour se donner un semblant de crédibilité (qui sera détruite peu de temps après quand ils balanceront, sans explication, le fameux bas relief supposé représenter une ampoule électrique), le daubecumentaire passe en mode full retard en abordant d’autres sites "mystiques" de par le monde.


“débunké les fameux hiéroglyphes plein d’hélicoptères Apache”, vous voulez peut-être dire “abordé un problème relayé par Internet parce que l'égyptologie n'a pas daigné expliquer au public ce dont il s'agissait” ? Et quant au "fameux bas relief supposé représenter une ampoule électrique” je me demande quelle explication nous aurions pu donner, certainement pas celle que vous nous prêtez de l'ampoule (bouh la méchante intention), cette image est là pour montrer que l'on aperçoit parfois des représentations incompréhensibles de choses qui finissent toujours sous l'appellation de “religieuses” :

Image


Mais vous qui avez tout vu et qui savez tout, allez peut-être nous expliquer de quoi il s'agit.

Poursuivons en 3D (mais D n'est hélas plus pour Dimension) :

Franchement c tro ressamblan, lol : La raison invoquée par le daubecumentaire pour justifier ce passage en revue de lieux mythiques comme l’ile de Pâque, Nazca et consort tient dans ces pauvres photos :


Image


Suivi de :

Omondieu !! Des gens ont posé des pierres de petites dimensions au milieu de pierres de grosses dimensions ?! Mais c’est totalement impossible !!! Quand on pense qu’il existe des milliards de façons d’assembler une petite pierre au milieu de grosses pierres c’est incroyable !! D’ailleurs, j’ai vérifié, le mur de pierre de la maison de mon grand père a aussi ce genre de choses !! Mon vieux était un alien, je le savais, sa façon de trembler en bavant n’était pas naturelle !!


Comment vous dire, Benoît, comment vous dire où se situe le problème, et où vous n'avez pas compris ? Allez, pas grave, passons…

La datation, ça marche pas : La narratrice explique ensuite qu’"on ne sait pas dater le moment où une pierre a été taillée car le carbone 14 mesure l’âge de la pierre et pas celui ou elle a été travaillée", ce qui, en soit, est vrai. Bien sûr, ce quelle oublie de préciser c’est que les archéologues ont plein d’autres moyens de datation à leur disposition comme le pollen, les restes organiques retrouvés non loin des monuments voir, en recoupant divers textes ! Le carbone 14 n’est qu’un outil parmi tant d’autres. Mais bon, on est plus à un bullshit prêt.


Arrrrg… OMAGAD, comme vous le dîtes si bien, OMAGAD… (très très long soupir de lassitude, une envie de pleurer sur la manière dont vous faites fonctionner votre cerveau, une machine si perfectionnée pourtant… peut-être un gros défaut de connexion neuronales ? Une dégénérescence précoce ?).

Qu'on m'explique comment dater une pierre avec du pollen !!! Et la question de restes organiques (sanglots profonds), mais en fait, vous ne comprenez rien à rien, mon pauvre Benoît ?

Si dans 500 ans on retrouve les ossements de Picachu (pardon d'aborder un si douloureux souvenir), votre petit hamster enterré dans votre jardin, concluera-t-on, suivant votre logique, qu'il s'agit du bâtisseur de votre maison ?
C'est nul, je sais bien, mais comment, COMMENT, COMMENT essayer de faire comprendre à quelqu'un qui ne veut pas où se situent les vraies questions et les vrais problèmes ?

Bien sûr, si ce daubecumentaire sort cet argument c’est simplement pour que l’on ne regarde pas de trop près un fait qui colle un grand coup dans le postérieur de sa théorie : les sites qu’il considère comme "trooooop similaires parce qu’ils sont pyramidaux et en cailloux", sont éloignés dans l’espace mais également DANS LE TEMPS. Avec les lieux qu’ils ont choisi on à :

La grande pyramide : Environ – 2700 avant Djézus
Les lignes de Nazca : Environ -500 ans avant Djézus
Angkor Vat : 12ème siècle après Djézus
Les statues de l’ile de paques : entre le 10ème et 12ème siècle après Djézus
Soit un écart de presque 4000 ans ! Dans ce cas pourquoi ne pas inclure de monuments grecs ? Le Colysée (oui j’y tiens) ? Stonehenge ? La grande muraille de chine (pleine de cailloux !! Coïncidence ??) ?? La cité interdite ? Ils entrent tous dans cette fourchette de dates !! Simple, parce qu’elles ne collent pas à leur théorie du "say tro ressemblant" ni à la suite de leur raisonnement idiot !
En résumé, ils prennent les lieux qu’ils veulent, selon des critères purement arbitraire et douteux et tentent de donner une illusion de "logique" en ignorant leurs dates de construction. Ce genre de raisonnement a un nom, c’est de la fraking pensée circulaire : Les aliens/atlantes ont construit plein de sites similaires de part le monde DONC si on trouve des sites avec des similitudes même supra vagues ALORS les aliens/atlantes ont construit plein de sites similaires de part le monde !! Ouaip, tout de suite ça fait moins "sans a priori ni préjugé ! Enquête du siècle riprizent ! Fuck lé aijiptologue !"


:shock: waouuu… sacrée couche…

Les datations de certains monuments ne sont pas confirmées par l'analyse scientifique car ON NE PEUT PAS DATER LA TAILLE D'UNE PIERRE (cf géologie, science, livres, personne qui s'instruit, etc.) donc les datations sont proposées en fonction des observations faites sur le terrain (restes organiques à proximité, par exemple) ce qui permet de dire AVEC CERTITUDE que ces gens dont on trouve les restes ont connu ces sites et les ont utilisés/vénérés/admirés/se les sont appropriés, au choix, mais PAS NÉCESSAIREMENT QUE CE SONT EUX QUI LES ONT CONSTRUIT, ça va jusque là ?

Or, ces sites présentent des similitudes architecturales : ils sont bâtis de la même manière, avec une technique dont on nous dit qu'elle est la plus simple, alors que c'est FAUX.
D'après vous, c'est plus facile de faire ça :

Image


où ça ?

Image


ça ?

Image


où ça ?

Image


D'autre part, le “daubecumenteur” dit, textuellement, ceci : “Bien qu’ils ne datent pas des mêmes époques, la plupart avaient été reconstruits sur les ruines de sites plus anciens... Mais comment avait-on déterminé dans un passé aussi lointain ces emplacements sur une courbe aussi longue et qui franchit les océans ?” puis, plus loin “Ils avaient coordonné l’emplacement de ces sites sur un cercle long comme notre équateur.”

Vous qui ne vous posez probablement pas de questions (quelle chance), devez trouver étrange/suspect/inquiétant/dangereux que face à de tels problèmes techniques de réalisation, réglés apparemment de la même manière, et qui plus est, en des lieux coordonnés entre eux à la surface de la Terre, on puisse en venir à se poser ces questions si dérangeantes pour votre petite tranquillité : “Et si en fait, les localisations de ces lieux étaient connues depuis très longtemps ? Et si certains de ces sites étaient bien plus anciens que ce que l'on pense généralement ? Qu'est-ce qui nous permet d'affirmer que ce n'est pas le cas ?” etc.
Bon allez, j'arrête, prenez une aspirine (moi, ça va, j'en ai grâce à vous déjà pris 18, je vais arrêter là avant de devenir hémophile), et poursuivons…

Et histoire de détruire la dernière bribe de crédibilité de cette séquence, la narratrice ajoute "plusieurs statues Moai contemplent la mer alors que toutes les autres contemplent l’intérieur des terres !! C’est mystérieux et comme dirait un groupe tout pourri issu de la télé réalité : What For ?" alors que, une fois de plus, ce "mystère" a été résolu depuis trouzmilles années. Ces statues ont été orientées de façon erronée par les premiers archéologue les ayant restaurées, tout bêtement ! 10 ans d’enquête et être incapable de vérifier ça ? Je sais pas pour vous mais perso j’appelle ça un "bullshitage" !!


Et hop, l'argument de Mr Lowe, “philosophe égyptologue spécialisé dans l'île de Pâques” (ben quoi, on n'aurait pas le droit de jouer à ça, nous aussi ?) donné dans une excellente interview de JM Abrassard. Donc, les archéologues auraient décidé de relever les statues et de les retourner pour faire plus joli, c'est bien ça ?

Ah bon, mais zalors, d'une part, cette assertion se prouve, il ne suffit pas de l'affirmer comme ça, et d'autre part, qu'est-ce que cela changerait si c'était vrai ?
Mr Lowen s'en sert pour dire “ce film raconte n'importe quoi, la preuve, et tout le reste est comme ça”, ce qui est une méthode bien commode pour évacuer tout ce qui gêne, et que l'on s'abstient copieusement de commenter. D'autant que ça ne change en rien la problématique de cette île, sur laquelle nous reviendrons bien plus en détail dans la suite (eh oui, il y en a une prévue : ce n'est pas une collecte pour bâtir un sanctuaire pour héberger notre secte :D ).

Ensuite vient l'histoire du Trident de Paracas (plus connu sous le nom de Chandelier des Andes) :

La chandelier de Paracas : Là encore, la narratrice en rajoute des caisses dans la présentation de ce dessin réalisé dans une dune de sable au Pérou. Elle déclare "le chandelier de Paracas est orienté précisément vers le nord". Bien sûr, au vu de la montagne de bullshit accumulé depuis le début, mieux vaut vérifier cette affirmation :


Le texte dit ceci (lassitude, désespoir, lassitude) : “Il est précisément orienté nord/sud et mesure 183 mètres de long. Par qui, comment et pourquoi cette figure a-t-elle été gravée là ? Personne ne le sait.” donc déjà, si vous étiez effectivement allé dans Google Earth, vous vous seriez aperçu qu'il n'est pas censé pointer vers le nord, mais vers le sud :

Image


Et que ce qui importe ici, n'est pas qu'il soit un peu décalé de l'axe, ce que je ne crois pas, mais ce que ce machin de 183 mètres de long fait gravé dans cette couche de sable compactée par le sel à cet endroit, qui n'est en rien une preuve, mais seulement une chose remarquable (183 mètres, c'est trop insignifiant pour vous ?) et énigmatique. Point.
On ne sait pas d'où ça vient, à quoi ça sert, mais plutôt que de vous intéresser à cette chose, vous vous contentez de sautiller comme un demeuré en criant “c'est pas vrai c'qu'y disent”, mais vous êtes décidément irrécupérable, mon pauvre garçon…

Oups, où est passée la précision légendaire des aliens ?? Ca doit sûrement être l’œuvre de Gloufiox, le fiston pistonné et sévèrement manchot du grand stratéguerre Zlubol. Tout se tient.


Quels Aliens ? Ceux qui vous ont enlevé, et votre (improbable) intelligence avec ? Allez hop, une petite couche de plus pour bien dire que tout ça, c'est bullshit, n'est-ce pas ?

Fin de la première partie (c'est déjà long, mais hélas, ce n'est pas fini…)
"Donne et tu recevras, cherche et tu trouveras !"
Avatar de l’utilisateur
Chris B
 
Message(s) : 1094
Inscription : 04 Mars 2013, 14:11
A remercié: 592 fois
Remercié: 487 fois

Retour vers Les faits et leur pseudo réfutation



Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité